Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Baie-des-Chaleurs Violence aux aînés : Briser le tabou

Publié le 5 juin 2014 à 14 h 23
Auteur :
Jessica Lamarre
Entre 300 et 500 personnes âgées de la Baie-des-Chaleurs subiraient de la maltraitance selon une statistique provinciale. Les intervenants du milieu veulent sensibiliser la population à garder l’œil ouvert. Pour eux, plus y aura de gens pour dénoncer ces gestes, moins il y aura de victimes.

Au Québec, 4 à 7% des personnes âgées seraient victimes de violence. Les statistiques sur le sujet demeurent cependant très floues: «Ce sont des situations qui ont été déclarées ce 4 à 7 % de la population de 65 ans et plus. Mais je vous réfère aux femmes violentées, combien de femmes le sont et combien l’ont déclaré», explique l'intervenant social Rhéal Raymond.


3-9ksyw.jpg


D’autant plus que certains aînés ne sont même pas conscients qu’ils subissent de la violence. Outre les abus physiques, il y a la violence psychologique, financière, sexuelle et la négligence. «Retenir le courrier de quelqu’un, filtrer des appels, prendre des décisions à la place de la personne âgée, c’est de l’abus. C’est pour ça qu’il faut en parler et sensibiliser. L’abus, ce n’est pas juste des coups de poing», soutient la présidente de la Table multisectorielle pour contrer les abus envers les personnes aînéesde la  Baie-des-Chaleurs, Fanny Bernard.

 

Détresse chez les aidants naturels


Rhéal Raymond constate que la violence provient souvent de l’entourage proche des aînés. Selon lui, dans plusieurs cas, il n’y a pas que la victime qui soit en situation de détresse: «C’est lourd de s’occuper de quelqu’un qui est en perte d’autonomie. L’objectif, ce n’est pas de mettre quelqu’un en prison. L’objectif premier, c’est d’arrêter l’abus. Si l’abuseur a besoin d’aide, on est aussi là pour lui.»

 

2-b3275.jpg


La situation est encore plus préoccupante, considérant que la population gaspésienne subit un vieillissement accéléré. Un rapport de l’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic révèle que d’ici 2026, au moins une personne sur trois sera âgée de plus de 65 ans en Gaspésie.


La prévention d'abord
 

«Il y a des dossiers de personnes âgées qui ne seront jamais déclarés. On va vivre avec. Jusqu’à la fin. Ce qu’on veut, c’est sensibiliser les gens, sensibiliser les personnes âgées aussi», révèle M. Raymond.


Fanny Bernard va aussi dans ce sens : «Ouvrir des consciences à cette problématique-là. Se sentir responsable quand on est témoin de quelque chose. On ne doit pas fermer les yeux, on doit dénoncer.»

 

1-gdv29.jpg


Le 15 juin se tient la journée mondiale de lutte contre la maltraitance des aînées. Régionalement, des napperons seront distribués dans les restaurants entre Matapédia et Shigawake ainsi que des aimants questionnaires. À l’échelle provinciale, le ruban mauve sera porté en support à la cause.

 

 

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok