Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Bathurst Un camp d’été pour diminuer l’intimidation

Publié le 27 juillet 2016 à 14 h 10
Auteur :
Annie Levasseur

Une vingtaine de jeunes de 5 à 15 ans participent, toute la semaine, à un camp d’été contre l’intimidation à Bathurst. L’activité vise à donner des ressources aux victimes et à leur fournir des conseils sur la façon d’agir en cas d’intimidation. C’est la première année qu’une telle activité est offerte dans la région Chaleur.

Même s’il y en a moins, l’intimidation est encore présente. C’est pour cette raison que le Centre des jeunes de Bathurst offre un camp d’été pour donner des ressources aux enfants et aux adolescents sur les façons de réagir s’ils sont intimidés.

« Il y en a beaucoup qui l’ont vécu et il y en a même qui ont été des intimidateurs. On accepte vraiment tout le monde. Ils peuvent apprendre de ce qu’ils ont vécu et apprendre dans le futur à se protéger », affirme la coordonnatrice du camp contre l’intimidation, Michelle Daigle.

« Je vais utiliser les trucs que j’ai appris », indique un participant, Jean-Michel Comeau.

photo_camp1-m27qr.jpg

Pendant la semaine, les participants peuvent échanger avec des psychologues, des travailleurs sociaux et des policiers. Ils entendent des témoignages d’adultes qui ont déjà subi de l’intimidation.

« Nos conseils, c’est surtout de leur dire à qui en parler et de savoir comment réagir face à l’intimidation. On leur explique comment se mettre à la même hauteur que leur intimidateur », ajoute Michelle Daigle.

photo_camp2-wxkh6.jpg

Les jeunes font aussi de l’activité physique pour améliorer leur confiance. Des cours d’autodéfense leurs permettront de mieux se protéger.

« Ça leur démontre, avec le judo, pas nécessairement comment faire mal aux autres personnes (…) C’est plus en cas qu’ils se fassent attaquer. Ils doivent bien tomber sans se blesser et savoir comment réagir face à ça », mentionne Michelle Daigle.

« Ça m’est arrivé pendant un an. Je n’étais pas souvent à l’école parce que j’étais malade et j’étais intimidée à cause de ça (…) Maintenant que je m’en vais à la polyvalente, je me trouve plus forte et je ne vais pas écouter ce que les autres me disent », explique une autre participante, Chloé Murphy.

Kathie subi de l’intimidation à l’école. Elle apprécie les conseils qu’elle reçoit depuis lundi.  

« Ça m’aide à me sentir en confiance. Il y a plusieurs autres personnes qui ont été intimidées ici. Je suis avec des personnes qui comprennent ce que j’ai traversé. C’est très amusant », dit-elle.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok