Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Dommages collatéraux des compressions Tourisme Baie-des-Chaleurs en péril

Publié le 26 février 2015 à 15 h 26
Auteur :
Jessica Lamarre

Tourisme Baie-des-Chaleurs est en péril. Cet organisme, qui s’occupe de la promotion d’un secteur économique clé en Gaspésie, sera contraint de fermer ses portes en avril s’il ne trouve pas le financement nécessaire au maintient de ses opérations. Une rencontre a eu lieu ce matin avec des élus pour tenter de sauver l’institution touristique.

 

Les dommages collatéraux des compressions gouvernementales continuent à se faire sentir. Avec la fermeture des CLD, Tourisme Baie-des-Chaleurs pourrait aussi s’éteindre. Ces dernières années, son financement était assuré par les CLD d’Avignon et de Bonaventure qui offraient même un employé à l’organisme, comme l’explique l’agente de développement chez Tourisme Baie-des-Chaleurs, Sophie I. Gagnon : «Ils ont pu sauver des salaires durant quelques années et ça a amené une accumulation d’argent, mais on est sur la fin de cette accumulation-là.»

 

Annuellement, l’organisme aurait besoin d’un minimum de 70 000$ pour fonctionner. Son destin est maintenant entre les mains des MRC. «Déjà, on a eu un refus de la part de la MRC de Bonaventure de nous financer et la décision de la MRC d’Avignon s’en vient mais on ne compte pas trop là-dessus», déclare l’unique employée, qui croit toutefois que les MRC ont le temps de changer d’avis.


2-736tc.jpg

 

Opération séduction

 

L’organisation tente pour le moment de convaincre le milieu de l’importance de Tourisme Baie-des-Chaleurs dans la région. D’ailleurs, ce jeudi matin, Sophie I. Gagnon rencontrait des élus de la région pour leur faire part de ses préoccupations : «L’idée c’est de faire comprendre aux maires, aux décideurs, l’importance de notre rôle pour amener les gens dans la Baie-des-Chaleurs et les pousser à séjourner dans le coin. Ils peuvent bien aller faire un tour à Percé, c’est normal, mais il faut les faire revenir ici.»


1-7zsb4.jpg

 

Dans la dernière année, grâce à l’organisme, la Baie-des-Chaleurs a été en vedette dans le magazine de juillet d’Air Canada. Le magazine référence en matière de voyage en Afrique s’apprête aussi à publier un dossier spécial Baie-des-Chaleurs, en mars. Sophie I. Gagnon croit vraiment avoir apporté une vitalité économique dans le secteur par ce genre de promotion : «C’est à nous de personnaliser l’offre. C’est mon rôle à moi. Moi je connais tous les attraits, les gens en arrière des attraits, je peux avoir une approche humaine avec ces gens-là, donc, avec le client.»

 

L’agente de développement dit avoir senti une ouverture de la part des élus, mais rappelle qu’en bout de ligne, c’est l’argent qui décidera de l’avenir de l’organisme.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok