Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Resserrement de la loi? Textos : Des conducteurs difficiles à dissuader

Publié le 25 septembre 2014 à 15 h 55
Auteur :
Jessica Lamarre
Le gouvernement du Québec veut resserrer la loi sur l’usage du cellulaire au volant, particulièrement sur la question des messages textes. On songe à augmenter le coût des amendes et le nombre de points d’inaptitudes liés à cette infraction.

On ne peut plus conduire avec un téléphone en main depuis 2008. Le nombre d’infractions bat des records chaque année depuis cette date fatidique.

 

«Quand tu conduis, c’est dur de t’empêcher de texter. Peut-être que c’est important, peut-être que c’est quelque chose que tu devrais voir», explique une jeune fille. «Ça m’est déjà arrivé, oui. Je regrette. Ce sont des secondes où je n’ai pas porté attention au chemin», révèle une autre.

 

En 2009, 42 600 constats d’infractions ont été déposés. On franchissait la barre des 66 000, l’an dernier. 


4-4d7pk.jpg2-c7849.jpg


Les fautifs sont actuellement confrontés à une amende allant de 80$ à 100$ et à 3 points d’inaptitude. Est-ce que d’augmenter les sanctions est la solution? Les avis sont partagés dans la population:


« Je ne sais pas. Les gens sont très têtus.»

«Oui, très, c’est sûr que c’est une bonne chose. Parce que c’est très dangereux.»

«Quand on touche au portefeuille, habituellement, ça fonctionne. Surtout que c’est tellement dangereux. Je l’ai déjà fait, je sais, je regrette infiniment.»

 

La Société de l’assurance automobile du Québec a lancé une application, «Mode Conduite», qui permet aux conducteurs de bloquer les appels et les textos entrants sur leur appareil. Disponible seulement sur Androïd, on en trouve facilement des similaires sur le AppStore. 


3-8m15j.jpg1-g08mv.jpg


Il y aussi les campagnes de sensibilisation qui s’enchaînent, les unes après les autres. «Juste des vidéos qui disent de ne pas texter au volant, ça ne sensibilise pas», croit une étudiante.


Même si les campagnes de sensibilisation sont percutantes, pour plusieurs, ce n’est pas suffisant. Il faudrait qu’ils le vivent vraiment. «J’imagine que je vais arrêter quand je vais passer proche de faire un accident», témoigne un jeune.

Même si les jeunes sont souvent visés lorsqu'il est question de textos au volant, plusieurs ont de sages paroles: «Ils se pensent invincibles, ils croient que ça ne leur arrivera jamais. Un moment donné la réalité va les rattraper. Ils vont se rendre compte que c’est peut-être juste un petit message, mais peut-être que tu ne pourras jamais répondre après ça.»

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok