Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Un petit transporteur souhaite prendre de l'expansion Taxi Fortin voit grand

Publié le 30 septembre 2014 à 15 h 14
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Taxi Fortin, un transporteur qui dessert Montréal-Gaspé voit une occasion d’affaire pour son entreprise avec la possible baisse de services en Gaspésie demandée par Orléans Express. Le petit transporteur se spécialise dans un service personnalisé dans un délai respectable.

 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors qu’Orléans Express perd 3,5 millions par année et demande à la Commission des transports du Québec de réduire la fréquence de ses trajets en Gaspésie, Taxi Fortin lui, y voit plutôt une une façon de grandir.

 

 La petite compagnie de transport détient un permis pour embarquer des passagers de Gaspé à La Marte. Elle demande à la commission des transports de modifier son permis afin de pouvoir embarquer des clients jusqu’à Mont-Joli et dans la baie des Chaleurs.

 

 « Présentement, on a une fragilité de transport en Gaspésie, le train n’est plus là, Orléans veut s’en aller et il ne va rester que nous tantôt et il faut être prêt pour servir nos clients», dit Denis Fortin le propriétaire de Taxi-Fortin.

 

Malgré l’ambitieux projet d’expansion, le service à la clientèle demeure une priorité pour la compagnie de Cloridorme qui n’utilise que des autobus 11 passagers afin de permettre aux voyageurs un service porte-à-porte.

 

« Il vient nous chercher chez nous, il nous respecte, on est quand même en famille, c’est petit et c’est sécuritaire », soulignait cette utilisatrice, Agatha Cabot.

 

Depuis que Denis Fortin a racheté en compagnie de son père une petite desserte Montréal-Gaspé il y a 4 ans, le chiffre d’affaires a augmenté de 40%. Pour l’entreprise, agrandir son territoire lui permettrait d’engager un plus grand nombre d’employés.

 

« Ça va faire travailler des gens, engager des chauffeurs autant que des réceptionnistes. Autant que de faire travailler les gens de la place, les stations-services », mentionnait l’entrepreneur.

 

L’homme d’affaires croit qu’il peut réussir là où d’autres ont échoué.

 

« Je pense que c’est rentable avec des petits autobus et non des grosses. Et nous, on y va selon la demande et non avec un horaire horloge où je suis obligé de passé sans passager. Moi je vais y aller selon l’offre et la demande », explique-t-il.

 

Denis Fortin espère recevoir des nouvelles de la commission des transports avant les fêtes.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok