Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

CSSS de la Gaspésie et des Îles Santé: coupes budgétaires de 6 millions de dollars

Publié le 10 décembre 2012 à 15 h 56
Auteur :
Isabelle Larose

Les centres de santé et de services sociaux (CSSS) de la Gaspésie et des Îles devront se serrer la ceinture. Quatre des cinq établissements de la région sont déficitaires. Ceux-ci ont adopté dernièrement un plan de redressement afin de réduire leurs dépenses.



Les centres de santé et de services sociaux de la Baie-des-Chaleurs, de la Haute-Gaspésie, de La Côté-de-Gaspé et des Îles-de-la-Madeleine cumulent ensemble un déficit projeté de six millions de dollars pour l’année financière en cours.


 

« D’ici au 31 mars, la fin de l’année, on projette un déficit de 2,5 millions », explique le directeur général du CSSS de la Baie-des-Chaleurs, Jean-Philippe Legault.


 

Au CSSS de la Baie-des-Chaleurs, on explique ce manque à gagner de plusieurs façons.


 

« Principalement, c’est l’augmentation des heures travaillées, heures supplémentaires, assurances salaires, en raison d’une forte pression sur l’hospitalisation », affirme Jean-Philippe Legault.


 

Les compressions budgétaires imposées par le gouvernement au cours de deux dernières années ainsi que la hausse des coûts des médicaments et de l’équipement sont aussi pointées du doigt.

 


« L’indexation qui nous est allouée à tout le réseau n’atteint pas les coûts de système qui augmentent », explique la nouvelle présidente-directrice générale de l’Agence de santé, Yolaine Galarneau.


 

Les quatre établissements déficitaires ont adopté dernièrement des plans de redressement qui comportent des pistes de solution pour atteindre l’équilibre budgétaire. À Maria par exemple, on souhaite notamment faire davantage de prévention afin de réduire le taux d’absentéisme chez les employés. L’utilisation des ambulances sera également être revue.


 

« Près de 1000 transports ambulanciers ne sont pas évalués prioritaire à leur arrivée à l’urgence », soutient M. Legault. On va travailler à sensibiliser la population à ce niveau-là, mais ce que prévoit le régime public, c’est qu’on devrait facturer les gens qui utilisent une ambulance sans que ce soit médicalement requis. »


 

Des cinq établissements de la région, seul le CSSS de Rocher-Percé n’a pas eu à présenter un plan de redressement puisqu’aucun déficit n’est envisagé.

 


Yolaine Galarneau croit que le virage vers les soins à domicile, effectué dans le cadre d’un projet-pilote, a porté ses fruits.


 

« Ils ont choisi comme priorité d’intervention d’axer toutes leurs transformations sur l’utilisation de lits de longue durée et de les convertir en soins à domicile à partir de ratios nouveaux d’intervenants. »


 

Selon elle, la moitié des régions du Québec présentait des bilans déficitaires en matière de santé à la fin septembre.



La CSN déplore la décision


Deux organisations affiliées à la Confédération des syndicats nationaux, la CSN, dénoncent la décision de l’Agence de santé de couper ces 6 millions dans les budgets des établissements de santé de la région.

 

Selon la Fédération de la santé et des services sociaux et le Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, ces coupes réduiront grandement la qualité et l’accessibilité des soins de santé.

 

La Fédération demande de rencontrer la présidente de l’Agence de santé, Yolaine Galarneau, afin de pouvoir étudier d’autres possibilités que des coupes de services à la population.

 

Les organisations syndicales demandent également que les députés et les élus de la région fassent pression sur l’Agence pour qu’elle revienne sur sa décision.


« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok