Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Paspébiac Salon des métiers : Un message de persévérance

Publié le 16 juin 2014 à 15 h 58
Auteur :
Jessica Lamarre
Plusieurs élèves des écoles de Paspébiac  et Port–Daniel ont assisté au salon des métiers lundi. Une façon de se familiariser avec le quotidien de professions qui sont moins connues ou accessibles, mais aussi de raccrocher les élèves au système scolaire.

 

Une cinquantaine de professionnels étaient réunis pour partager aux jeunes la passion avec laquelle ils exercent leur métier. De la pâtissière jusqu’à l’agent correctionnel, en passant par le maître verrier. «C’est un peu inusité mon métier! Et en voie de disparaître… Alors avant de le voir disparaître je fais preuve de présence et j’en montre le plus que je peux!, explique Mario Boulianne, qui avait amené quelques uns des vitraux qu'il réalise. 


5-nsgmd.jpg4-1sn7c.jpg

 

En plus de faire découvrir aux jeunes des métiers moins connus, pour le comité organisateur, c’est une façon d’encourager les élèves à persévérer dans leurs études, comme l'explique l'éducatrice spécialisée Vitaline Michel: «On peut en avoir qui sont plus ou moins motivés et là, un goût se développe pour un métier et la motivation vient avec.»


Une idée des élèves, pour les élèves

 

Ce sont les jeunes eux-mêmes qui ont pris l’initiative d’organiser cette journée des métiers. «On a décidé de faire un salon des métiers pour qu’ils puissent voir de quoi ça a vraiment l’air les métiers», explique Madisson Richards. «On a passé dans pas mal toutes les classes et les jeunes nous disaient qui ils connaissaient qui pourraient venir et qui ils aimeraient voir venir», ajoute son collègue Joël Plusquellec.

 

1-n56h3.jpg3-jb42c.jpg


Une activité déterminante pour les élèves du secondaire qui devront bientôt faire leur choix de carrière, mais pour les élèves du primaire également. «À partir de la 5 ou 6e année, la personnalité vocationnelle des jeunes commence déjà à s’éveiller davantage. On veut dire aux jeunes de s’ouvrir sur le monde du travail, qu’il y a des possibilités et qu’après les études, s’ils veulent revenir en région, il y a de la place pour eux», explique la conseillère en orientation, Josée Senneville. 


2-0pr15.jpg6-63vrh.jpg

 

Même à un jeune âge, certains caressent déjà des rêves de carrière. D’autres ont profité de l’activité pour expérimenter les différentes facettes du quotidien des professionnels présents.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok