Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gaspé Règlement sur l’eau potable à Gaspé : Une initiative qui dérange

Publié le 2 juin 2014 à 15 h 53
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Le ministre Pierre Arcand a évoqué, lors de son discours de vendredi, la mise en place prochaine d’une règlementation parmi les plus sévère sur l’eau potable. À Gaspé, le débat sur les forages à proximité des résidences est reparti de plus bel.

 

La ville, à l’image de plusieurs autres, a déjà sa version d’un règlement qui protège l’eau potable près des résidences des citoyens. Tout laisse croire que le nouveau gouvernement déposera le sien en juin. Une version, qui aura préséance sur l’ensemble des initiatives municipales. À Gaspé, le projet gouvernemental fait craindre le pire :

 

 « Je crois que c’est un mythe la protection de l’eau potable. À Murdochville, ils se sont promenés à 3000 pieds sous terre avec des camions et ils n’ont jamais rien pollué le York. Ce n’est pas un trou de 6, 7 ou 10 pouces dans le sol qui va faire que nous allons polluer. » Avançait Gaston Langlais, militant en faveur du pétrole à Gaspé,

 

Ici, la question de l’emploi fait du parti du calcul.

 

« On ne sait pas c’est quoi les répercussions. Peut-être que ça affecte Gaspé, peut-être que ça n’affecte pas l’assainissement des eaux. Je ne connais pas ça, mais j’aimerais bien que ça débloque parce que nous ça apporterait de l’emploi. »

 

Un règlement qui n'est pas assez sévère?


Le regroupement Ensemble pour l’avenir durable du Grand-Gaspé écrivait par voix de communiqué être déçu de la position des libéraux. Selon eux, la vaste étude hydrogéologique annoncée pour 2015 laisse juste assez de temps aux compagnies de faire le travail d’exploration, l’étape jugée la plus dangereuse. Pétrolia pourrait commencer aussitôt qu’en juillet selon les administrateurs, un constat qui inquiète plusieurs citoyens rencontrés.

 

« L’exploitation pétrolière quand c’est dans ta cour arrière et que tu as de l’eau dans un puits et que les produits chimiques que l’on ne connaît pas et qui sont garder secret et que ça risque d’aller dans la nappe phréatique… je ne suis pas certain de vouloir boire cette eau. »

 

« Tant qu’à moi, Pétrolia pourrait rester dans son coin. Moi je ne le veux pas ici, mais s’il y a de quoi pour encadrer tout ça, ça pourrait être bien. »

 

Le projet de loi qui encadrerait l’exploitation et l’exploration pétrolière n’est pas rétroactif. Tous les permis qui auront été livrés avant la date du dépôt d’une loi ou d’un règlement ne s’appliqueront donc pas à la nouvelle règlementation. Pétrolia n’aura pas à ce soumettre à ce dernier, tant qu’il n’aura pas d’exploitation.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok