Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Albert Millaire Regard sur près de 60 ans de carrière

Publié le 26 septembre 2013 à 15 h 46
Auteur :
Jessica Lamarre
Mine de rien, le comédien québécois Albert Millaire arrive à 60 ans de carrière. Même après toutes ces années, sa passion pour le jeu est toujours aussi vive. Il ne voit pas de retraite à l’horizon.

 

On pourrait croire qu’il sait tout faire, à regarder son curriculum vitae bien garni. Du théâtre au petit écran, Albert Millaire avoue qu’il aurait voulu être musicien : «Je crois que j’ai été trop paresseux pour apprendre le solfège. J’ai travaillé beaucoup en musique, j’ai écouté beaucoup de musique, j’ai beaucoup travaillé avec des chefs d’orchestre.»

 

Le comédien est fier de sa carrière et remercie la vie de lui avoir offert. Mais il a tout de même un regret : il aurait voulu que son œuvre mène la langue française plus loin. «Les Québécois disent qu’ils veulent sauver leur langue, mais quelle langue? Beaucoup ne la parlent même pas. Ça m’attriste un peu de voir que l’effort n’est pas fait pour aller vers une meilleure expression du français», explique-t-il.

 

C’est une bataille pour laquelle il craint devoir s’avouer vaincu. Ça n’aura pas été le cas pour sa lutte contre le cancer de l’œsophage, au début des années 2000.

 

Il n’en revient pas encore de l’évolution de la science, de la médecine. C’est ce qui l’a sauvé. «Ma voix a été éteinte un peu pendant un moment parce que j’étais très faible. J’ai eu peur un peu. Plusieurs ont pensé que je perdrais ma voix», témoigne l’homme.

 

Depuis l’an dernier, on peut voir Albert Millaire camper le rôle d’Antoine Hamelin dans la série télévisée Mémoires vives. Il nous promet quelques surprises avec ce personnage d’un homme dur, éreinté par la vie : «C’est un «front» tout ça. C’est son caractère qui est comme ça. Il est capable d’être tendre aussi, il est capable de pleurer! Ça va lui arriver d’ailleurs, il va avoir des coups durs.»

 

Après presque six décennies de travail, l’artiste conclut en disant qu’il ne voit pas l’heure à laquelle il s’arrêtera : «Jamais je ne prendrai de retraite. Je n’ai pas de notion de retraite. Les artistes n’ont pas de notion de retraite. Un violoniste, ça joue jusqu’à ce que ça meurt, ça meurt, l’archet dans les mains.»


Images:

Source: YouTube

Archives SRC

Théâtre Outremont

Productions Chaumont

 

 

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok