Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Réactions politiques à l'entente entre Pétrolia et Hydro-Québec à Anticosti

Publié le 6 septembre 2013 à 17 h 22
Auteur :
Gilles Turmel

Le contenu de l'entente intervenue entre Pétrolia et Hydro-Québec concernant l'exploration pétrolière sur l'Île d'Anticosti est maintenant public.


Mais alors que Pétrolia y voit une bonne collaboration entre le privé et l'État, la classe politique, elle, est partagée à ce sujet.

En vertu de cette entente signée le 22 janvier 2008, Hydro-Québec cède à Pétrolia ses parts dans 35 permis de recherche d'hydrocarbures sur l'Île d'Anticosti. Résultat, Pétrolia possède aujourd'hui 45 % des droits sur l'île, alors que le reste appartient à Corridor Ressources, une compagnie de la Nouvelle-Écosse.

En contrepartie, Pétrolia accorde à Hydro-Québec des redevances prioritaires variant entre 1 et 3 %, en fonction du nombre de barils qui seraient éventuellement produits. Cependant, Hydro pourra à tout moment renoncer à ses redevances pour plutôt devenir actionnaire de Pétrolia, en priorité sur tout autre investisseur.

« Le gouvernement peut revenir dans 2 ou 3 ans au plan de production et de dire Pétrolia, on vous retire notre redevance prioritaire et on devient partenaire avec vous dans le développement d’Anticosti », précise le président de Pétrolia, André Proulx.


Réactions politiques


Mais la société d'État sort-elle vraiment gagnante de cette entente? Pas de commentaires de Québec, jeudi, alors que les 2 partis d'opposition ont des opinions divergentes.

« Le fait qu’Hydro-Québec ait reçu le droit à une redevance prioritaire est une bonne mesure. Il ne faut pas oublier que cette redevance prioritaire s’ajoute aux redevances gouvernementales, laisse tomber le chef du Parti Libéral du Québec, Philippe Couillard.


« Si j’étais Premier ministre, ça ferait longtemps que me serait assis avec Pétrolia et avec Junex pour reprendre le contrôle en négociant le meilleur prix possible. Mais j’insiste sur la notion de reprendre le contrôle, surtout des activités de l’Île d’Anticosti », fait savoir le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault.


« Je pense que c’est une bonne entente pour Pétrolia et pour le gouvernement, de même que pour Hydro-Québec. C’est une bonne entente pour les Québécois », de l’avis d’André Proulx.


Chose certaine, Pétrolia prévoit investir 150 M$ sur l'Île d'Anticosti d'ici les 3 prochaines années. Ses premiers puits de production devraient être fonctionnels dès 2016.

Pétrolia estime qu'Anticosti recèle l'équivalent de 34 milliards de barils de pétrole et croit être capable d'en extraire environ 5 %, soit 1,5 milliards de barils.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok