Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gaspé Québec débloque 800 MW d'énergie éolienne

Publié le 10 mai 2013 à 16 h 59
Auteur :
Caroline Murray-Daignault

La première ministre Pauline Marois était à Gaspé aujourd’hui pour annoncer de nouveaux projets. Tout d’abord, une attribution de 800 MW dans l’industrie éolienne. Cela concrétise le maintien et la création d’emplois en Gaspésie pour les usines de productions et les entreprises de maintenance.

 

Les 800 MW sont divisés en 4, 150 MW pour la communauté micmaque de la Gaspésie, qui n’ira pas en appels d’offres donc, les travaux commencent sous peu.

 

« On parle d’environ 100, 110 emplois pour les Micmacs. 300 au total un moment donné sur la construction et d’ici décembre 2016 on espère que le projet va être terminé, puis en 2017 on devrait voir les retombées rentrer pour nos communautés et pour toute la Gaspésie au complet », raconte le chef de la communauté micmaque de Gespeg Claude Jeanotte

 

300 MW par appels d’offres pour des projets communautaires pour la Gaspésie et le Bas St-Laurent. 200 MW pour Hydro-Québec production. Le PDG de l’entreprise Thierry Vandal assure « qu’il n’y aura de difficulté pour rencontrer l’annonce des 200 MW, on va faire ce qu’il faut, on est capable de le faire et on va bien planifier les choses. »

 

Les 150 MW restants iront en appels d’offres.

 

Gare intermodale de Gaspé

 

La première ministre, accompagnée du ministre du Tourisme, a inauguré le Carrefour intermodal de Gaspé, qui va servir à accueillir les voyageurs et les croisiéristes.

 

Aussi, dès septembre 2013 pour les croisiéristes qui seront de passage pourront se rendre à Percé grâce au train touristique. La première ministre a annoncé 10M$ pour la Société de chemin de fer de la Gaspésie pour effectuer des travaux de remise à niveau du tronçon ferroviaire entre Gaspé et Percé.

 

Sylviculture

 

La ministre des Ressources naturelles Martine Ouellette était sur place et les travailleurs sylvicoles en ont profité pour dénoncer un manque de financement. On passe de 10M$ par année à 7,5M$ tiré des crédits réguliers. Si les subventions demeurent les mêmes, c’est une perte assurée de 150 emplois en Gaspésie. C’est tout un contraste avec la nouvelle politique du bois qu’a instaurée la ministre il y a quelques semaines qui consiste à prévaloir les constructions en bois pour les édifices au Québec.

 

Elle insiste par contre sur le fait qu’au niveau de la sylviculture elle a fait de gros efforts. « S’il y a des demandes particulières, vous comprenez que je n’ai pas regardé la situation spécifique, mais s’il y a des enjeux spécifiques vous pouvez être certaine que je vais les regarder avec mes collègues. »

 

Les travailleurs sylvicoles rencontreront la ministre Ouellette la semaine prochaine à Québec. « On a des solutions à proposer, on a des questions à explorer avec elle dans les budgets qui ont déjà été votés, puis débloquer des budgets ou d’autres manières de faire pour faire travailler nos gens cette année. » Raconte le directeur général au regroupement forestier Chics-Chocs, Michel Morin.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok