Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Plus de 420 000 personnes sur le quai de Percé, cet été Quai de Percé, une étude d'achalandage pour donner du poids aux négociations

Publié le 9 octobre 2013 à 14 h 10
Auteur :
Caroline Murray-Daignault

L’Office du tourisme de Percé a voulu en savoir plus sur la fréquentation des visiteurs sur le quai.


Pour aider la ville dans ses démarches quant à sa sauvegarde, une étude a été réalisée par la firme SEGMA Recherche et l’agence MC Brière. Les résultats ont été dévoilés mardi.


L’étude sur le quai a été réalisée suite à sa fermeture par Pêches et Océans le printemps passé. L’office de tourisme a voulu démontrer que la structure est essentielle à Percé.

 

« Cette étude-là est indispensable pour la poursuite de nos négociations futures à venir, soit avec le fédéral et aussi avec le provincial », fait valoir le maire sortant de Percé, Bruno Cloutier.

 

En plus de calculer le nombre de visiteurs qui sont venus sur le quai cet été, des histoires d’amour du quai ont été récoltées.

 

« L’achalandage du quai de Percé, on est arrivé à 195 601 visiteurs uniques », a dévoilé la directrice de l’Office du tourisme de Percé, Émilie Desbois.

 

Plus de 420 000 visites ont été enregistrées tout au long de la période estivale. Plus de 500 personnes ont répondu à un sondage et devaient donner une cote d’amour au quai. La moyenne est de 9,3/10.

 

« On sait qu’il est utile, mais de savoir qu’il a une cote d’amour aussi élevée, ça nous a surpris, comment il a une valeur sentimentale qui est partagée par l’ensemble des Québécois », observe pour sa part le président de l’Office du tourisme de Percé, Jean-Guy Poirier.


Le quai, une priorité pour les aspirants maires


Les aspirants à la mairie considèrent tous 2 le quai comme une priorité. Selon Owen Bouchard, il devrait être reconstruit :

 

« Le quai doit être un élément durable, alors actuellement le quai est en danger, il est même devenu un risque pour la population. Bien que je sache que le quai est important, il faut absolument se concerter pour construire un nouveau quai. »

 

André Boudreau affirme pour sa part que peu importe les travaux qui seront faits, il ne revient pas à la population de débourser pour l’infrastructure :

 

« C’est certain que ça prend de l’argent, des revenus pour le quai. Alors, c’est tout ça qu’on va devoir mettre en place pour l’avenir. Ce n’est pas vrai que le milieu rural va assurer l’entretien du quai, ça, c’est sûr et certain », d’insister monsieur Boudreau.

 

Les résultats de l’étude appuieront la municipalité dans ses demandes quant au futur du quai.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok