Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caraquet Pour contrer l'alcool au volant avant les bals de finissants, la GRC simule un accident

Publié le 30 mai 2013 à 17 h 41
Auteur :
Annie Levasseur

Les célébrations de fins d’études se tiendront dans moins d’un mois.


Les finissants des écoles secondaires de la péninsule acadienne ont assisté, jeudi avant-midi, à une simulation de collision routière organisée par la GRC. Les jeunes semblent avoir compris le message.


Aucun accident n’est survenu au cours des trois dernières années lors des bals de finissants dans la péninsule acadienne. Malgré tout, la GRC continue de sensibiliser les jeunes.

 

« C’est toujours bon de les faire réfléchir sur ce qui peut vraiment arriver dans la vie. Ils peuvent le voir en détail. Dans la scène, tu vois ce que les premiers répondants voient et expérimentent », explique le gendarme Raymond Gautreau, membre de la GRC de la péninsule acadienne.

 

La simulation présentait une collision impliquant deux véhicules. Un des conducteurs était en état d’ébriété. Deux jeunes sont morts et quatre personnes ont été blessées. On a pu voir comment les équipes d’urgence interviennent dans une telle situation.

 

Guillaume Lanteigne était comédien pour la simulation : « Ça prend juste une fois pour que toute ta vie bascule et que tu doives vivre avec ça pour le restant de tes jours. »

 

Jean-Philippe Pinet s’est aussi prêté au jeu en jouant un rôle : « Ça vient me chercher parce que j’ai un des mes amis qui a passé près de mourir dans un accident comme ça. Je trouvais que c’était une bonne cause pour la population. »


Une reconstitution qui entre dans l'imaginaire


Les jeunes ont été touchés par la présentation. Plusieurs avaient la larme à l’oeil.

 

Mylène Chiasson étudie à la polyvalente Louis-Mailloux : « Ce sont des personnes que nous connaissons. On se dit que ça peut arriver à nos amis. Ça nous choque vraiment de voir ça. »

 

« C’était vraiment impressionnant. C’est une simulation réussie. J’ai vraiment aimé ça », raconte Vickie Gionet, élève de la polyvalente Louis-Mailloux.

 

Les jeunes sont convaincues qu’ils vont se souvenir longtemps de ce qu’ils ont vu jeudi. Certains ont déjà prévu un moyen de transport pour leur bal de finissants.

 

« Je vais sûrement y penser beaucoup et je vais rappeler aux autres de s’en souvenir », ajoute Mylène Chiasson.

 

Les jeunes qui se font arrêter avec les facultés affaiblies perdent leur permis de conduire pour 12 mois et se retrouvent avec un casier judiciaire. Lorsque des décès sont en cause, les conducteurs fautifs risquent la prison.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok