Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Élections provinciales 2014 au Nouveau-Brunswick Politique et jeunes électeurs

Publié le 17 septembre 2014 à 11 h 44
Auteur :
Marie-Christine Carrière


Le taux de participation aux élections est en décroissance au Nouveau-Brunswick. Plusieurs sont d’avis qu’une participation plus importante des jeunes permettrait une démocratie plus saine.

 

photo_jeune_election2-jqtxg.jpg

Il n’est pas toujours facile de  trouver des jeunes qui veulent s’exprimer spontanément sur la campagne électorale actuelle ou sur la politique en général. Parmi les jeunes que nous avons rencontrés, tous ont toutefois manifesté leur intérêt à voter. Mais ont-ils l’impression d’avoir leur place?

 

Geneviève  McGraw-Leclerc, étudiante : « De plus en plus, parce qu’il y a beaucoup plus de jeunes qui vont s’impliquer et même se présenter en tant que politicien. Je trouve que c’est bon parce que nous avons une voix à faire entendre aussi. »

 

La politique partisane reste tout de même un sujet peu abordé par la majorité des jeunes électeurs. Les échanges et les débats d’idées pour définir les opinions politiques ne sont pas fréquents.

 

Tracy Collin, étudiante : « Nous en discutons un peu, mais pas assez. De plus en plus, je vois des vidéos qui se partagent sur les médias sociaux sur l’importance de voter. »

 

Et qu’en est-il des sujets abordés lors de la campagne électorale? Est-ce des sujets qui  interpellent les jeunes?

 

Geneviève  McGraw-Leclerc : « Oui, surtout au niveau de la santé.  Je suis étudiante en soins infirmiers auxiliaires. Avec toutes les coupures qu’il y a eu, il y a eu beaucoup de changement. »

 

photo_jeune_election1-0db8w.jpg

La participation des jeunes, pour certains candidats, est une responsabilité partagée.

 

Mathieu Chayer, candidat NPD dans la circonscription de Caraquet : « Ils ont vraiment une voie. Il y a des jeunes qui me demandent ce que ça va changer une voie. Il y a 40 % des gens qui ne votent pas, surtout chez les jeunes. Donc leur voie pourrait tout changer et changer le gouvernement. »

 

Un travail de sensibilisation ou même d’éducation reste encore à faire pour interpeller  tous les électeurs à la politique. Un exercice qui devra se continuer au-delà de la période électorale. Et comme bien d’autres sphères d’activités, les médias sociaux sont des plateformes à privilégier pour rejoindre les jeunes adultes.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok