Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Lamèque Passer par la photographie pour s’accepter

Publié le 5 août 2016 à 13 h 35
Auteur :
Annie Levasseur

Une photographe de Lamèque utilise sa passion pour contrer l’intimidation. Julie Savoie a publié sur Facebook une série de photographies démontrant des femmes qui s’acceptent comme elles sont. La diminution de l’intimidation passe, selon elle, par l’acceptation de soi.

Julie Savoie a 30 ans. Elle s’accepte telle qu’elle est depuis deux ans et n’a plus peur du jugement.

« J’ai toujours été complexée pour mon poids et j’ai toujours été complexée pour mes seins. À l’école, je m’habillais toujours avec de grands vêtements pour ne pas que les gens voient ce que j’avais », dit-elle.

photo2-sgc39.jpg

En publiant ces photos de femmes qui acceptent leur corps, elle veut en aider d’autres à se sentir bien dans leur peau.

« Je me dis que si quelqu’un peut voir ce projet-là, se reconnaitre et que ça lui fasse du bien, que ça fasse une différence, ce serait merveilleux », ajoute Julie Savoie.

La jeune femme s’est inspirée d’une photographe américaine. Elle a photographié une douzaine de personnes âgées de 8 à 40 ans qui se sont fait intimider ou qui ont reçu des commentaires sur leur apparence.

« Le plan était de mettre une pensée négative sur ce que nous avions ressenti, une pensée positive pour démontrer qu’il est possible de changer ça pour du bien. La troisième photo était pour mettre en valeur la personne heureuse comme elle est », explique-t-elle.

photo1-8krm6.jpg

Annick Lanteigne Jean a accepté sans hésiter de participer au projet pour donner du courage à d’autres femmes qui, comme elle, ont vécu des moments difficiles.

« J’ai six grossesses, deux fausses couches et j’ai quatre enfants, mais j’en ai deux d’enterrés (…) Je me disais qu’il y avait d’autres femmes qui devaient passer au travers de ça et finalement il y en a d’autres. Je ne suis pas la seule parce qu’il y en a beaucoup qui ont communiqué avec moi pour me dire que je leur donnais du courage », mentionne-t-elle.

photo3-jd4yh.jpg

Julie Savoie est surprise de l’ampleur de son projet sur les réseaux sociaux. Elle reçoit des messages de plusieurs femmes qui s’identifient à ce qu’elle a fait.

« Je me suis levée le lendemain matin avec de nombreux partages. Les gens ont commencé à m’écrire en privé pour me dire ce qu’il leur était arrivé », affirme-t-elle.

La photographe pourrait maintenant aller dans les écoles de la Péninsule acadienne pour parler d’acceptation de soi aux jeunes.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok