Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Atholville On peut sortir le gars de l’Acadie, mais…

Publié le 23 septembre 2013 à 14 h 37
Auteur :
Jessica Lamarre
L'ex-académicien, Jean-Marc Couture, était au Garage Central d'Atholville lundi matin. Le chanteur, originaire de Val-d’Amours, était de retour dans son coin de pays pour faire la promotion de son premier album, Si tel est ton désir.

 

Jean-Marc Couture a et aura toujours son Acadie tatouée sur le cœur. Après une fin de semaine de spectacles dans le nord du Nouveau-Brunswick, le chanteur était prêt à rencontrer ses fans le temps de quelques photos et de quelques chansons acoustiques.

 

Le Garage Central a supporté le gagnant de la dernière édition de Star Académie tout au long de son aventure: «Quand c’était rendu le temps de faire les payes, ils rappelaient aux gens que c’était le temps de voter! Ils faisaient beaucoup de publicité pour moi. J’ai bien apprécié ça.»

 

«On a senti l’importance de l’appuyer et de le soutenir dans son cheminement vers la gloire», explique le copropriétaire de l’entreprise, Denis Cormier.

 

Même s’il est souvent au Québec, Jean-Marc Couture trouve important de franchir la frontière entre les deux provinces le plus souvent possible, pour revenir voir les gens de son coin.

 

«On lui rend ce qu’il nous a donné. Il nous a donné cette visibilité qui était importante pour notre région», souligne le maire d’Atholville, Michel Soucy, venu saluer Jean-Marc Couture.

 

«Je suis encore le petit gars de Val-d’Amours et ça ne changera pas. Quand je reviens, ça fait du bien. Je trouve que les gens ont vraiment été solidaires. Ils m’ont beaucoup supporté durant cette aventure-là», déclare le chanteur.

 

C’est pour lui une façon de remercier ses fans de la région. Il leur offre, d’ailleurs, son spectacle en avant-première et promet de revenir durant la tournée officielle, qu’il fait en compagnie de sa maman, Linda Couture : «Je suis fatiguée, mais ça ne fait rien, je suis contente! Je lui [Jean-Marc] ai demandé quand ça allait arrêter tout ça, il est toujours d’un bord et de l’autre! Il m’a dit : « Maman, il ne faut pas que ça arrête!».»

 

«C’est comme si j’avais besoin de l’approbation de ma place avant toute chose. Il faut vraiment que je vienne ici pour voir si les gens d’ici aiment ça», conclut Jean-Marc Couture.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok