Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Les gens demandent des explications Nouveau-Brunswick: Un plan de santé abstrait

Publié le 24 septembre 2013 à 16 h 35
Auteur :
Annie Levasseur

La population demande plus de détails sur le plan de santé provincial présenté lundi par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Les conservateurs veulent mettre l’accent sur la prévention, mais les citoyens auraient voulu savoir comment ils vont s’y prendre.


Lorsque abordé dans la rue, mardi avant-midi, peu de gens étaient au courant du nouveau plan de la santé du gouvernement provincial.


Ils sont toutefois de l’avis du ministre de la Santé Hugh Flemming qui propose de prévenir les maladies. Selon les citoyens interrogés, il n’y a jamais assez de prévention, surtout chez les personnes âgées. Quelqu'un a aussi soulevé que les gens ne faisaient pas attention à leur santé, surtout par leur alimentation et le manque d'activité physique.

 

Les libéraux sont déçus de ce plan qu’ils trouvent trop abstrait. Ils auraient aimé que le gouvernement détermine des objectifs. «Il ne faut pas oublier les pauvres au Nouveau-Brunswick. Il y en a 100 000 qui vivent sous le seuil de la pauvreté et ils n’ont pas les moyens de manger santé. Qu’est-ce que le ministère va faire? Ça coûte cher manger santé. Est-ce qu’il va être obligé de débourser des sous de plus? Il a dit non, mais comment il va faire ça? Il n’a rien indiqué», mentionne le député libéral de Caraquet, Hédard Albert.

 

Le Comité action H aurait aussi souhaité voir des chiffres associés au plan de santé. «Ce n’est pas ce que le citoyen veut voir. Ça peut causer des inquiétudes du fait qu’il n’y a pas de budget associé. C’est quasiment comme de la poudre aux yeux. Par exemple, il pourrait y avoir des tests de conditionnement physique dans les hôpitaux. Si la condition physique de la personne s’améliore, elle aurait une réduction de ses impôts », affirme le porte-parole du Comité action H, Gaétan Dugas.

 

Le ministre Hugh Flemming ne parle pas de fermeture d’hôpitaux dans son plan. Le Comité action H et le député Albert veilleront à ce qu’aucun autre service ne soit enlevé à l’hôpital de Caraquet.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok