Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Campagne électorale provinciale 2014 Nouveau-Brunswick : Les promesses à saveur économique des chefs

Publié le 10 septembre 2014 à 13 h 47
Auteur :
Marie-Christine Carrière

Il ne reste que deux semaines à la campagne électorale au Nouveau-Brunswick et beaucoup d’électeurs peinent à distinguer les partis politiques les uns des autres.

 

Depuis  le 21 août, les chefs des partis politiques séduisent les électeurs. Plusieurs promesses reposent sur la question de l’économie. Après-tout, le Nouveau-Brunswick accuse un déficit budgétaire de près de 400 millions de dollars et un taux de chômage de 8,7 %.

 

On retrouve très peu de nouvelles dépenses dans la plateforme du Parti progressiste-conservateur. 117 millions de dollars pour les quatre prochaines années. En revanche, David Alward s’attend à des investissements privés de 10 milliards de dollars dans les ressources naturelles. Cette prudence économique s’explique par sa volonté d’atteindre l’équilibre budgétaire d’ici quatre ans. Un gouvernement conservateur maintiendrait aussi le financement du Fonds de développement économique et d’innovation pour le Nord et Miramichi.

 

Yves Brideau, Benoît Office « Je pense que nous en avons de besoin. Nous avons beaucoup de perte d’emplois. Les gens ont besoin de travailler et ils s’en vont tous à l’extérieur. »

 

Chez les Libéraux, Brian Gallant croit qu’il faille dépenser pour stimuler l’économie. Un gouvernement libéral par exemple, mettrait en place un fonds d’amélioration des infrastructures de 900 millions de dollars sur six ans et augmenterait le salaire minimum à 10,30 $ d’ici la fin de l’année et à 11 $ en  2017. Des mesures, selon l’aspirant chef, qui ne compromettent pas l’atteinte de l’équilibre budgétaire pour  2020-2021.  

 

Géraldine Rouselle, Tracadie-Sheila « Il ne peut pas faire pire. À mon avis, c’est impossible de faire pire que ce qu’on vient de passer. »

 

Le Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick adopte une approche de rationalisation des dépenses. Il souhaite éliminer le déficit budgétaire de la province d’ici 2018.  Le parti envisage, entre autres, de  réduire les dépenses du gouvernement de 300 millions de dollars tout en créant 20 000 nouveaux emplois. Un projet qui passerait par un crédit d’impôt aux entreprises qui créent de nouveaux emplois.

 

Harvey Aucoin, Moncton « Ça serait une bonne chose, s’ils peuvent le faire. Mais comme je dis, ce sont toutes des promesses. Est-ce qu’il va pouvoir le faire? »

 

Une dizaine d’autres points sont abordés dans les plateformes électorales.  Les électeurs ont encore deux semaines pour se faire une idée. Le jour du scrutin est prévu le 22 septembre prochain.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok