Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gaspé Mario Beaulieu ne fait pas l’unanimité en Gaspésie

Publié le 16 juin 2014 à 15 h 21
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Cette fin de semaine les 19 000 militants du Bloc Québécois ont élu Mario Beaulieu comme chef. Un choix que plusieurs considèrent controversé en raison de ses opinions plutôt arrêtées sur la question de la protection du français. Gaspé compte 3500 anglophones et 14 000 francophones. Nous sommes allez prendre le pouls de chacune des communautés.

 

Les militants ont fait leur choix. Mario Beaulieu est le nouveau chef du Bloc Québécois. Les critiques arrivent de toute part, en commençant par celles de  l’ancien chef Gilles Duceppe qui ne s’est pas gêné pour le dépeindre comme un radical. Mais ici, à Gaspé, Mario Beaulieu, le pur et dur, est plutôt inconnu lorsqu’on interroge les gens dans la rue.

 

« J’ai entendu aux nouvelles, mais je ne le connais pas plus que ça»

« De mémoire non je ne connais pas»

« Non ça ne me dit rien pantoute »

 

20% de la population entre coin du banc et Petite Vallée est anglophone. Une communauté qui préfère ne pas déterrer la hache de guerre.  Pour eux, le Bloc Québécois fait partie du passé, mais les débats politiques lors de leur ascension au pouvoir ont laissé des marques profondes. Certains commerçants craignent de parler à la caméra par peur que cela nuise à leurs ventes.

 

« I can see where they are going the want to protect the language and i am 100% behind that. What I disagree with is the way they are going about it.” Nous disait ce propriétaire de commerce.

 

« Il semble être un homme bien correct, mais d’après moi ça n’ira pas bien loin. » Avançait cet homme interrogé.

 

Certains francophones, comme ce passant, estiment plutôt que Mario Beaulieu apportera de la stabilité à un parti qui en a grandement besoin.

 

«J’ai le goût de dire que c’est une bonne chose qu’on sait où le Bloc Québécois veut en venir. Depuis quelques années il m’apparaît, ça balance… ils ne sont jamais trop certains.  »

 

Le nouveau chef bloquiste disait ne pas vouloir siéger à la chambre des communes avant les élections de 2015. D’ici là Mario Beaulieu aura beaucoup de travail à faire pour mobiliser et unir ses troupes qui sont divisées après cette déchirante course d’un an.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok