Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Percé MISE À JOUR - Réouverture du quai de Percé aux piétons, des réactions

Publié le 7 mai 2013 à 16 h 47
Auteur :
Caroline Murray-Daignault

Le quai de Percé est de nouveau accessible aux piétons, depuis tôt ce matin. Des employés de la ville ont déplacé la barricade mise en place par Pêches et Océans Canada afin de redonner accès à la population.


L’industrie touristique souffle un peu, mais ça ne règle pas tous les problèmes du quai qui a besoin de réparations.


6h mardi matin à Percé, des ingénieurs de la firme CIMA sont au quai pour une inspection. Ils ont été mandatés par Pêches et Océans. Un employé du ministère était présent. Les barrières sont toujours en place. Un peu avant 7h des employés de la ville de Percé arrivent au quai et enlèvent le grillage. Ils déplacent aussi 2 blocs de béton permettant seulement l’accès piétonniers au quai.

 

« On s’est entendu avec le conseil municipal que si Pêches et Océans Canada ne répondait pas à notre mise en demeure, nous allions enlever les barrières nous-mêmes, ce que nous avons fait », mentionne le directeur de la Ville de Percé, Félix Caron.

 

Une vingtaine de citoyens observaient la scène. Même si selon eux le combat n’est pas terminé, c’est un pas dans la bonne direction. Ils doutent que le quai soit aussi dangereux que le prétend Pêches et Océans.

 

« Je ne peux pas croire que le quai va tomber. S’il avait à tomber, ce serait déjà arrivé lorsque les homardiers ont amenés leurs cages d’environ 150 livres chacune », affirme un citoyen de Percé, Richard Bélanger.

 

La Ville de Percé attend maintenant le résultat des inspections des derniers jours. Bruno Cloutier insiste pour que Pêches et Océans prennent ses responsabilités :


« On les à aviser ce matin de baliser la petite partie qui est problématique, puis on les a mis en demeure de le faire, puis si ils ne le font pas, on les tient responsable de tout accident qui pourrait arriver sur le quai. »



Bateliers à L'Anse-à-Beaufils

 

La saison touristique approche à grand pas et les travailleurs sont inquiets. La première croisière de l’année pour Julien Cloutier a lieu, mercredi. Il devra partir du quai de l’Anse-à-Beaufils. Cela occasionne des coûts supplémentaires et le double de temps que prévu. Il compte bien revenir au quai de Percé d’ici les prochaines croisières prévues en début de semaine prochaine. Lundi, les agents fédéraux ont ajouté une interdiction aux bateaux d’accoster au quai de Percé.


« Nous, on commence la semaine prochaine officiellement et c’est sûr que je ne pars pas de l’Anse-à-Beaufils pour mes tours de bateau. Ça n’a pas de sens », laisse savoir le propriétaire des croisières Julien Cloutier.

 

Plusieurs élus ont scandé leur contentement. Philip Toone a accusé le gouvernement conservateur de ne pas se préoccuper des régions. Gaétan Lelièvre et Pascal Bérubé ont dénoncé la fermeture du quai  juste avant le début de la saison estivale. La SÉPAQ, le gestionnaire du parc national de l’Ile-Bonaventure et du Rocher-Percé, craint des pertes d’emploi si les visiteurs d’excursions en mer ne peuvent se payer ce service.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok