Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Percé MISE À JOUR - Procès du maire des Iles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau se défend

Publié le 28 mai 2013 à 09 h 43
Auteur :
Caroline Murray-Daignault

Le procès du maire des Îles-de-la-Madeleine s'est poursuivi à Percé, lundi.

Joël Arseneau a d'abord témoigné pour la défense, puis s'est fait contre-interroger par la couronne. Il a passé plus de 6 heures à témoigner.



Joël est accusé de vol et de fraude envers la municipalité des Îles-de-la-Madeleine. Il subit un procès devant jury depuis la semaine dernière.



Joël Arseneau prend l'entière responsabilité de ses actes qui ont mené à cette situation actuelle, mais se défend en disant que ses gestes ne sont pas criminels.

Il dit ne pas avoir été assez discipliné et trop occupé, à l'époque, pour prendre le temps de rembourser sa créance envers la ville.

Des vérifications comptables ont soulevé des interrogations au sein de l’administration municipale. Le maire s’est fait rembourser personnellement pour des dépenses engendrées par ses activités comme vice-président de la CRÉ, président du CLD des Iles, et aux occasions où il a siégé à la Fédération québécoise des municipalités. Le montant des dépenses révélées en Cour fait état de 20 000 $. La somme a déjà été remboursée par le maire en 2010. L’issu du procès a une grande incidence sur la réputation.


Contre-interrogatoire serré


Joël a assuré ne jamais avoir utilisé les sommes de la ville à des fins personnelles, ce que la procureure de la couronne a tenté de lui faire dire en le bombardant de questions.

Les plaidoiries ont lieu mardi au Palais de justice de Percé.

La défense a rappelé les arguments du maire, entendus lundi. La partie défenderesse a suggéré aux membres du jury de se demander s’il s’agit là d’un geste criminel, ce à quoi elle a répondu que non. La défense a admis toutefois qu’il s’agit là d’un manque de rigueur de la part de monsieur Arseneau.


La procureure de la couronne a affirmé que le maire des Iles-de-la-Madeleine a agi comme courroie de transmission entre la ville et les organismes sur les lesquels ils siègent. Elle a fait valoir dans son plaidoyer que le maire a manqué à son devoir de retourner les fonds entre la ville et ces organismes. En réplique au maire qui s’est défendu, lundi en disant qu’il a manqué de temps pour s’occuper du remboursement des frais de la carte de crédit, la Couronne a rétorqué que ces détails administratifs ne prenaient pas beaucoup de temps.

 

Le procès a été ajourné en fin d’avant-midi, mardi. Le juge fera son adresse au jury vendredi, suivra la période de délibération pour les 12 membres du jury.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok