Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Dur coup pour des pêcheurs de la péninsule acadienne MISE À JOUR - Cinq bateaux de pêche au homard incendiés au quai de Tabusintac

Publié le 6 mai 2013 à 10 h 23
Auteur :
Annie Levasseur

Cinq homardiers ont été la proie des flammes au quai de Tabusintac vers 3 h dimanche matin. La cause de l’incident est encore inconnue.


C’est la désolation pour les gens qui étaient sur place aujourd’hui. C’est un incendie qui survient en pleine saison de pêche, alors les conséquences sont désastreuses.


Voici ce qu’il reste des 5 bateaux de pêche. Les propriétaires sont sous le choc.


Édouard Breau est propriétaire d’un bateau incendié : « C’est un gros choc. Tu perds 200 000 $. C’est comme si tu perdais ta maison. Pour moi, c’est ça. C’est ma vie. »

 

La thèse de l’acte criminel n’est pas écartée pour le moment. Le feu a commencé sur un bateau et le vent l’a dirigé vers les autres. Des citoyens ont réussi à limiter les dégâts.

 

« On ne peut pas dire c’est quoi la cause. Il n’y a rien qui nous indique que c’est un problème mécanique, électrique ou que c’est un incendie criminel », affirme le caporal Stéphane Blanchard de la GRC de la péninsule acadienne.

 

La GRC interroge des témoins depuis dimanche.

 

« Il n’y a rien que l’on va pouvoir examiner sur ces bateaux-là. On se concentre sur la prise de déclarations. S’il y a des témoins, c’est important qu’ils communiquent avec nous », précise le caporal Blanchard.


Les bateaux sortis de l'eau


Sur place lundi avant-midi, on pouvait encore sentir une forte odeur d’essence. Pêches et Océans ne sait toujours pas quelle quantité de carburant s’est échappée dans l’eau.

 

« Nous sommes ici pour nous assurer que la pollution ne bouge pas. Une certaine quantité s’est échappée dans l’eau et on veut l’enlever le l’environnement », mentionne le porte-parole de la Garde côtière, Robert Estensen.

 

Des filets ont été installés dans l’eau dimanche pour empêcher le carburant de se propager. Un entrepreneur de la région a été engagé pour sortir les bateaux. Le carburant a été pompé lundi.

 

Bernard Breau est propriétaire du L. Breau et fils de Néguac. Il explique comment il faut procéder : « Ce sont les plongeurs qui vont attacher les bateaux sous l’eau. Ça devrait bien aller. On a installé un pad pour installer les bateaux dessus (...) Ça a environ 10 pieds de creux. »


Une fois sortis, les bateaux seront installés sur le sable. Il permettra d’absorber le carburant.


Il est trop tôt pour déterminer l’ampleur des dommages causés au quai qui appartient au fédéral. Des agents de Pêches et Océans Canada resteront sur place au cours des prochains jours pour évaluer la situation.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok