Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Tabusintac Les pêcheurs sont inquiets

Publié le 28 mai 2013 à 15 h 04
Auteur :
Annie Levasseur
Lundi, une vingtaine de bateaux n’ont pu rentrer au quai de Tabusintac parce que quatre homardiers étaient échoués dans le chenal. Ils devaient traverser le chenal à marrée basse. Les pêcheurs sont de plus en plus inquiets.

 

Les bateaux sont demeurés pris quelques heures. La marée montante leur a permis de rentrer au quai vers 16 h. Le capitaine Édouard Breau nous a amenés dans le chenal qui pose problème : «On vient découragés. Il y a des gars qui rentrent à cette heure-ci et qui sont levés depuis 3 h du matin. Les gars qui travaillent au gouvernement sont assis et ils finissent de travailler à 16 h 30. Ils sont supposés prendre des décisions.»

 

Il y a environ trois pieds d’eau dans le chenal actuellement. La mer était calme lundi. Une autre tragédie comme celle qui a enlevé la vie à 3 pêcheurs le 18 mai aurait pu survenir s’il y avait eu de forts vents. Le pêcheur de homard, Léonide Comeau, est demeuré coincé près de 4 heures : «On a pu sortir, mais on a tout brisé nos palettes pour revenir. S’il y avait un vent comme l’autre jour, j’ai bien peur qu’il y ait encore eu des noyés. Il y en avait 3 qui étaient sur le côté.»

 

Une excavatrice de Pêches et Océans a tenté de déplacer le sable pour créer un passage. Selon les pêcheurs, ce travail est inutile. Ils veulent que des murs de pierre soient installés. «Il faudrait que le fédéral donne l’autorisation à Pêches et Océans de creuser un goulet sans permis. C’est bien beau l’environnement, mais ce sont des vies qui sont en jeu. Les fonctionnaires nous disent que c’est ça qui arrête le processus et ça retarde les choses», affirme Denis Thibodeau, un pêcheur de homard de Tabusintac.

 

Les pêcheurs de Tabusintac font face à ce problème depuis 2 ans. «Notre saison est perdue. On a perdu des hommes. J’ai perdu mon bateau. On est 5 autres gars dans la même situation. Je n’ai aucune idée. C’est fou», déplore Édouard Breau.

 

Selon les pêcheurs, le bateau de Ian Benoit qui s’est échoué le 18 mai aurait été très endommagé. Il serait parti au large depuis le lendemain du drame.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok