Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Tout est bien qui finit bien Les bâtiments patrimoniaux de Percé sont sauvés

Publié le 10 septembre 2014 à 15 h 22
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

 La vente des deux bâtiments patrimoniaux de Percé s’est conclue comme un film qui finit bien. L’homme d’affaires américain, Michel Guité, et propriétaire de la Vermont téléphone Co. a fait une offre de dernière minute au syndic pour faire l’acquisition du Bell house et de l’auberge au Pirate. La nouvelle réjouit le maire de la petite municipalité, André Boudreau, qui craignait que la ville perde le contrôle.

 

« Monsieur a acheté, il veut remettre les bâtiments dans leurs états initiaux, il veut fermer le stationnement illégal qu’il y a là, on paye ses taxes à la ville et il n’est pas fermé dans le temps à mettre quelques choses de muséales ou quelques choses comme ça »

 

Le nom de famille est très connu dans la ville. Le nouveau propriétaire, Michel Guité, est en fait le neveu de l’artiste de Percé Suzanne Guité. Au musée le Chafaud, on est très heureux de voir l’américain acheter les édifices comme l’avait fait la famille Molson en 1983 avec la Villa Frédérick James.

 

« C’est la providence et ce qui est assez étonnant c’est que c’est un Guité qui vient sauver les biens de cette famille Guité. » Expliquait Jean-Louis Lebreux.

 

Le mécène était de passage la semaine dernière pour rencontrer la municipalité et ils ont décidé de collaborer avec le nouveau propriétaire en lui offrant une expertise en transaction commerciale pour faciliter l’achat, comme l’explique le maire.

 

« Nous lui avons offert notre aide et notre support là dedans. Nous avons des professionnels qui peuvent le supporter. C’est un Américain donc les règles québécoises et canadiennes il est moins familier, donc on le supporte pour que tout ce projet-là ce mène à bien.

 

Maintenant pour le nouveau propriétaire il faudra faire des travaux, des travaux qui rendront les bâtiments au goût du jour tout en conservant leurs aspects historiques comme le désir la municipalité. Certains experts disent que ces travaux pourraient couter quelques millions de dollars.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok