Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Problématique chez les pompiers et long travail entamé aux serres Jardins-Nature Lendemain d’incendie à New Richmond

Publié le 18 septembre 2013 à 16 h 26
Auteur :
Jessica Lamarre
C’est maintenant l’heure pour les propriétaires des serres Jardins-Nature de ramasser les dégâts. Le feu qui a fait rage sur l’entreprise de New Richmond, hier, a assombri la récolte des tomates de cette année. Les gestionnaires étaient déjà au boulot ce matin, en mode solution.

 

Hier, les propriétaires croyaient que la récolte de 2013 était à l’eau. Maintenant, ils croient que c’est peut-être récupérable. Les tomates sont intactes, elles n’ont pas été touchées par le feu.

 

Maintenant, il faut voir à leur salubrité, pour savoir si elles peuvent être mises en marché. La valeur des tomates actuellement en serres s’élève à 2 ou 300 000 dollars. «Tout le monde est en mode évaluation. On fait une rencontre en fin de journée pour faire le point. Ensuite on fait un plan de match pour essayer de sauver ce qu’on peut de 2013 et se préparer pour 2014», explique le président et copropriétaire de l’entreprise, Christian Côté.

 

Les propriétaires comptent fermement avoir reconstruit d’ici un mois et demi. Entre temps, parmi les 28 employés, il y aura peut-être un peu de chômage forcé, mais on souhaite vraiment ramener tout le monde au travail le plus rapidement possible.

 

Déjà, les gestionnaires ont trouvé une solution pour pallier à la perte de leur bâtiment administratif. «Hydro Québec a été capable de nous rebrancher. On avait de l’électricité là. L’équipe d’informatique est venue ce matin. On est fonctionnel. Mon commis-comptable fait la paye. Il y a une roulotte qui est arrivée, on va installer les bureaux là», déclare M. Côté.

 

Le feu soulève une problématique pour les pompiers

 

À New Richmond, le tiers de la ville n’est pas lié au réseau d’aqueduc et le service de pompiers n’a plus de camion-citerne depuis 3 ans.

 

Lorsque le camion a été mis au rencart, la municipalité n’avait pas les moyens financiers pour en acheter un autre. Les pompiers ont donc pris entente avec des casernes externes, mais ils doivent souvent attendre leur renfort pour agir dans les zones où il n’y pas de source d’eau à proximité.

 

D’ici 2015, la municipalité planifierait apparemment acheter un nouveau camion. Cela semble être un sujet assez tabou à l’Hôtel de Ville. Personne n’était disponible ou même autorisé à donner d’entrevue officielle aujourd’hui à la Ville.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok