Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Économie et emploi Le vieillissement de la population inquiète

Publié le 25 juin 2014 à 16 h 38
Auteur :
Léa Beauchesne

Le journal La Presse a obtenu une copie d’un document de breffage destiné à l’ancien ministre des Finances, Jim Flaherty.

 

Selon un rapport du gouvernement du Canada produit par des analystes du ministère des Finances, le vieillissement de la population aura des effets néfastes sur l’économie. Croissance économique et du PIB plus lente, manque de personnel et baisse du niveau de vie à l’horizon.

 

Ici en Gaspésie, le vieillissement est plus marqué que dans le reste de la province et le manque de main-d’œuvre, déjà bien palpable, deviendra de plus en plus tangible.

 

Jean-Marie Perreault, président de la chambre de commerce Baie-des-Chaleurs, souligne que dans le domaine des affaires, les gens se questionnent déjà : «Il y a beaucoup de personnes de plus de 55 ans dans le réseau local d’entrepreneurs. On se demande qui prendre la relève quand ils vont tous partir d’un coup à la retraite.»

 

Dans une quinzaine d’années, près de 40 pourcents de la population gaspésienne sera âgée de plus de 65 ans. Un taux plus élevé que partout au pays, qui laisse présager une période d’adaptation pour les recruteurs.

 

Le directeur général d’Activa Environnement, Jean-François Hudon, croit que les défis demeureront sensiblement les mêmes : «Que ce soit des gens qui arrivent sur le bord de la retraite ou que ce soit des jeunes, on a toujours intérêt à assurer une rétention maximale de la main-d’œuvre.»

 

L’arrivée de nouveaux travailleurs

Le document du fédéral souligne que  la participation de différents groupes au monde du travail sera cruciale. On devra y renforcer la présence des autochtones, des personnes handicapées, des immigrants, mais aussi celle des retraités.

 

Chez Activa Environnement, le savoir des aînés est précieux : «Lorsqu’on sait que des gens dotés d’une bonne expertise tombent à la retraite ou sont près de le devenir, il nous arrive d'en contacter pour voir s'ils sont intéressés à travailler avec nous, de façon ponctuelle», souligne le directeur.

 

Créativité de mise

Le président de la chambre de commerce croit qu’il faudra s’adapter : « Il faudra penser à jongler avec des horaires de moins d’heures par semaine. Je pense que ce sera satisfaisant pour tous : autant pour des jeunes qui arrivent et qui veulent travailler quelques heures de moins, que pour les personnes à la retraite qui désirent revenir travailler à temps partiel.»

 

Même son de cloche du président d’Activa Environnement : «Il y a plein de moyens qui existent pour conjuguer cette nouvelle réalité. On pense entre autre à une mobilité au niveau des horaires et au télétravail, qui permet aux gens de travailler a distance. On pourra ainsi aller chercher de la main-d’œuvre qualifiée d’un peu partout. On le fait avec nos clients, pourquoi pas avec nos employés.»

 

En janvier dernier, un sondage d’ING Direct révélait que 30% des répondants à la retraite étaient retournés sur le marché du travail. Avec un imminent besoin de main-d’œuvre et des régimes de retraites qui s’amenuisent, fort à parier que cette proportion tendra vers une augmentation.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok