Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Stratégie de développement de la Gaspésie Le plan de relance bien accueilli

Publié le 10 mai 2013 à 12 h 34
Auteur :
Jean-Simon Landry

Le très attendu plan de relance de la Gaspésie a été annoncé hier à Bonaventure. Si les annonces concrètes s’y font rares, le cadre d’accompagnement proposé dans cette « Stratégie d’intervention gouvernementale pour le développement de la région » semble réjouir les intervenants du milieu.

 

« La stratégie, elle n’est pas une fin en soi », a lancé la première ministre, Pauline Marois, d’entrée de jeu pour décrire le plan quinquennal de développement de la région.

 

On n’y trouve ni annonce spectaculaire, ni projet aux airs de miracle.

 

« C’est un moyen supplémentaire qui est mis en place par le gouvernement du Québec pour orchestrer, appuyer et accompagner le développement de la région », a expliqué la chef d’État.

 

Comme lors du premier plan de relance de la Gaspésie initié en 1999, des secteurs précis seront appuyés.

 

Si l’éolien est le principal héritage laissé par la première mouture, la seconde entend favoriser le développement de l’économie en lui fournissant les outils nécessaires à son développement, notamment des infrastructures de transport dignes de ce nom.

 

« Ce que je viens d’entendre pour moi, c’est de la musique à mes oreilles », a commenté la préfète de la MRC Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, qui peinait à cacher sa joie.

 

C’est que le ministre responsable de la région, Gaétan Lelièvre, venait d’annoncer qu’une étude de faisabilité serait réalisée afin de permettre l’agrandissement et la modification de l’aéroport du Rocher-Percé en un aéroport régional.

 

« On sait ce que ça amène, en terme de développement, d’avoir un aéroport régional sur son territoire », a poursuivi l’élue.

 

Le train ne sera pas laissé pour compte. Québec assure que le maintien de cette infrastructure est une priorité. Toutefois, le manque de précision en terme de somme consentie laisse perplexes les gestionnaires du rail.

 

« La ligne sur le train qui est dans la stratégie dans le résumé, on parle de 69 millions de dollars, a précisé Bertrand Berger,  le président de la Conférence régionale des élus. Toutefois, dans le discours, elle parle d’une étude pour savoir combien ça va coûter. Alors, quoi retenir de ça? »

 

Certains dénoteront des faiblesses ou des failles dans ce plan, mais une chose est sûre, la communauté d’affaires l’accueille à bras ouverts.

 

 « On a de quoi d’écrit noir sur blanc, donc c’est à nous de jouer notre rôle et de suivre, a mentionné Maurice Quesnel, directeur général de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs. Il ne faut pas s’asseoir et dire “ok, on se revoit dans un an”. »

 

Surprise à Murdochville

 

Par ailleurs, Gaétan Lelièvre en a surpris plusieurs hier en annonçant la construction d’un nouveau chantier éolien à Murdochville.

 

Ce parc, contrairement à ceux déjà présents dans la ville, apportera des redevances à la communauté. La mairesse de l’endroit, Delisca Ritchie-Roussy, en avait les yeux pleins d’eau.

 

« On ne peut pas penser, avec un plan de développement stratégique de la Gaspésie, qu’on ferme une ville, s’est réjouie la dirigeante. Il n’y est pas question qu’on parle de fermeture ou de relocalisation. On va travailler fort avec les moyens qu’on a, tout en étant réaliste, en se disant qu’on est capable de demeurer chez nous. »

 

Voilà donc un problème de régler pour les gens de Murdochville qui, comme bien d’autres, souhaitent que le plan présenté leur permette de réaliser leur vision de grandeur.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok