Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Haute-Gaspésie Le mystère des phoques sans tête

Publié le 30 juin 2014 à 16 h 20
Auteur :
Léa Beauchesne
Des photos de carcasses de phoques sans tête circulent sur Internet depuis la semaine. Ces décès ont tous été constatés en Haute-Gaspésie. Une autre carcasse a été retrouvée sur les berges de Cap-Chat durant la fin de semaine. Les experts ne s’inquiètent pas pour le moment, mais la situation soulève certaines questions.

 

Josiane Cabana coordonne le Réseau québécois d’urgence pour les mammifères marins. L’organisation intervient dans ce genre de situations et recueille toutes informations liée aux décès de ces animaux. Elle explique que ce type de découverte demeure relativement normal. « Ce qui est particulier, c’est qu’il y a eu plusieurs mentions, dans un court laps de temps, sur un petit territoire. Les cas se ressemblent beaucoup puisque la tête était manquante et que la coupure était vraiment franche au niveau du cou », explique-t-elle.

 

Les spécialistes ont émis plusieurs hypothèses. On a entre autres pensé à des causes naturelles comme une infection, entraînant la chute de la tête d’un animal mort. Plusieurs internautes ont aussi réagi, clamant qu’un requin blanc était derrière cela. Les spécialistes soutiennent que c’est extrêmement peu probable. La netteté de la coupure suggère qu’il pourrait plutôt s’agir d’une hélice de bateau ou même de braconnage. Cette dernière idée serait surprenante puisque la tête du phoque ne recèle pas de richesse particulière. Aucune des hypothèses n’est retenue pour l’instant.

 

Depuis le 11 juin, Urgence Mammifères a répertorié 9 autres cas de carcasses de phoque ailleurs au Québec. La plupart ne présentaient toutefois pas de blessures apparentes.

 

Chaque année, on dénombre environ 75 cas de carcasses retrouvées sur le rivage et aucune enquête n’est prévue pour le moment. La survie des différentes espèces de phoques est loin d’être menacée. Si on retrouve d’autres carcasses sans tête dans le même secteur, les autorités concernées pourraient procéder à une réelle analyse.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok