Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caraquet Le dévouement des éducatrices

Publié le 10 juin 2016 à 13 h 39
Auteur :
Annie Levasseur

C’est la semaine des services de garde éducatifs au Nouveau-Brunswick. Nous nous sommes rendus dans une garderie pour mieux comprendre l’importance des éducatrices dans le développement des enfants.

À la garderie Les P’tits Acadiens de Caraquet, l’objectif est simple : apprendre en s’amusant. Le rôle des sept éducatrices est primordial puisqu’elles passent beaucoup de temps avec les enfants.

« Pour mieux les connaitre, il faut les observer et bien communiquer avec les parents », explique la directrice, Karine Chénard.

« Notre rôle, c’est de voir au bien-être des enfants, de s’assurer qu’ils sont bien premièrement. Ensuite, on les aide à développer leur autonomie (…) Les petites choses qu’ils ont de la difficulté à faire, on les aide sans les faire complètement pour eux. Par exemple, pour mettre un manteau, tu entres la manche un peu et tu les laisses tirer le manteau », affirme l’éducatrice, Jenny Mallais.

photo_garderie_1-drykn.jpg

Pour être éducatrice, il faut une formation du collège communautaire. En plus de surveiller les enfants, elles veillent à leur développement physique et intellectuel. Les bricolages, les chants et même le jardinage font partie du quotidien des tous petits.

« Les plus petits ici font beaucoup de choses avec les mains et les pieds (…) Mes éducatrices chantent beaucoup de chansons et des comptines à faire avec des gestes et ils adorent ça. Même les plus petits participent », mentionne Karine Chénard.

« Nous les préparons à avoir de bonnes habiletés sociales avec les autres amis (…) Parfois, ce sont juste des petites activités simples, mais au travers du jeu ils apprennent à partager, à connaitre des règlements, à gagner ou à perdre », ajoute une autre éducatrice, Shannon Clément.

photo_garderie_4-8hxkc.jpg

Les éducatrices apprécient le fait de voir évoluer les enfants au fil des ans et de participer à leur développement.

« C’est merveilleux. Leurs sourires valent beaucoup plus que notre paie. Nous les avons tous petits et ensuite nous les voyons dans les autres groupes et nous les voyons vieillir. C’est valorisant », raconte Jenny Mallais.

« Ça nous fait tellement plaisir de les voir s’épanouir, grandir et apprendre tous les jours. À la garderie, nous sommes comme une famille. C’est comme ça que je vois ça parce que nous nous attachons tellement à eux », indique Shannon Clément.

photo_garderie_3-19wxz.jpg

Le Nouveau-Brunswick compte environ 800 services de garde anglophones et francophones, ainsi que 4000 éducatrices et directrices.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok