Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Conférence de l'historien Pascal Alain Le développement de la Gaspésie depuis les 60 dernières années

Publié le 4 février 2015 à 17 h 05
Auteur :
Marie-Christine Carrière

Dans le contexte économique actuel où plusieurs citoyens se questionnent sur les décisions du gouvernement, l’historien de Carleton-sur-Mer, Pascal Alain a décidé d’offrir une conférence pour tenter d’outiller la population. Une conférence qui a pour but de faire comprendre le développement de la Gaspésie depuis les 60 dernières années.



pascal_alain-jp2gw.jpg


Une initiative qu’il a prise en réaction au mouvement d’austérité du gouvernement. C’est un peu avec un esprit de motivateur de troupes qu’il offre cette conférence pour aider la population à comprendre l’évolution de la Gaspésie. Comme il l’explique dans sa conférence, depuis 1960, le gouvernement a toujours été accompagnateur du développement des régions. Maintenant, Pascal Alain parle d’une première rupture depuis les 60 dernières années.


« Qu’on le veuille ou non, avec la fermeture de la Conférence régionale des élus, c’est la fin d’un pont. On vient de couper un pont entre les régions et le gouvernement central », explique Pascal Alain.


Depuis cet automne, les manifestations contre l’austérité du gouvernement ont été nombreuses. Que l’on soit pour ou contre les décisions du gouvernement de Philippe Couillard, la conférence s’inscrit dans un esprit de compréhension de l’évolution des dernières années pour mieux comprendre les enjeux du contexte économique actuel et comment la Gaspésie est affectée. Pascal Alain constate un désengagement du gouvernement d’un côté et de l’autre, une préoccupation de la population. Avec la fermeture des CRÉ, des CLD,  les compressions budgétaires dans les municipalités et les autres services à la population, l’historien sent que les citoyens sont un peu déboussolés.  « On vient de freiner la Gaspésie dans son élan parce qu’on avait réussi à diversifier notre économie après la fermeture de multinationales en Gaspésie. Nous étions dans une période de transition », ajoute-t-il.


Un peu comme le mouvement Touche pas à ma région le fait déjà, Pascal Alain encourage les citoyens à s’engager, tout en restant actifs et vigilants.


Selon lui, il faudra attendre encore 12 à 18 mois pour vraiment observer les impacts des décisions gouvernementales. Par exemple, voir si les jeunes diplômés qui travaillaient pour les organismes qui ont fermés leurs portes sont toujours dans la région ou non ou si l’aide aux entrepreneurs dans la région sera aussi efficace qu’avant, maintenant que les CLD n’existent plus.


Pascal Alain offre à nouveau la même conférence ce soir, mercredi, à Carleton-sur-Mer. Pour ceux et celles qui ne pourraient y assister, elle sera diffusée en direct sur le site web de La Semelle verte.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok