Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

46 étudiants internationaux au Cegep de Gaspé Le Québec vu par les étudiants internationaux

Publié le 18 septembre 2014 à 15 h 20
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Ils sont 46. Ils sont jeunes et ont des idées plein la tête, ils s’appellent Samantha, Mehdi et Léa. Ils veulent découvrir le monde, apprendre un métier. Ils sont originaires de l’Europe, de l’Afrique et des Antilles. Ils ont choisi de  braver l’hiver et de venir étudier au Cegep de Gaspé … à 12h de Montréal.

 

« En arrivant à l’aéroport ce qui m’a frappé c’est que c’est très grand, très ouvert par rapport à la Réunion où on est une île », confiait Samantha Lessort une étudiante de l'île de la Réunion.

 

Pour Mehdi Zenksni un étudiant originaire de la France « c’est à la fois une découverte et un apprentissage»

 

Entre chez eux et ici il y a plusieurs différences.  La chaleur et la proximité des gens entre autres, expliquait Léa Morel une autre étudiante de l'île de la Réunion.

 

« Les gens, ils sont chaleureux, ils disent bonjour. Je trouve qu’il n’y a pas ça à la Réunion. Quelques fois ils disent bonjour, mais ce n’est pas la même chose. »

 

Au Cégep, la relation qu’ils peuvent avoir avec leurs professeurs est très différente de ce à quoi ils sont habitués dans leur pays d’origine.

 

« Ça ma choqué du premier coup parce qu’on dit « TU » à nos profs. Chez nous on dit « Vous, madame et monsieur » alors qu’ici on les appels par leurs prénoms, alors moi ça m’a vraiment très choqué», disait Samantha.

 

« Pourtant le vouvoiement c’est une marque de respect chez nous. Alors que là même si on ne dit pas « vous », mais qu’ont disent « tu » il y a toujours un respect envers les profs», rajoute Mehdi.

 

L'hiver: grande source d'insécurité

Comme beaucoup de nouveaux arrivants, l’hiver est insécurisant et face à l’inconnu.... toutes les peurs sont permises :

 

« Moi j’ai un peu peur parce que le plus froid que j’ai eu à la Réunion c’est un 11 degrés. Pas plus que ça… alors du coup voilà », avouait Léa.

 

Samantha voit la chose différemment : « Il n’y a pas de Québécois qui sont morts de froid et de l’hiver, ça va ! S’ils ne sont pas morts, moi aussi je ne peux pas mourir »

 

« S’il y a des gens qui sont capables de vivre ici, on est capable nous même, on est humain. Nous même on arrivera à passer l’hiver comme des vrais Québécois », ajouta Mehdi. 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok