Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Balmoral Le Club VTT Chaleur se questionne sur la sécurité dans les sentiers

Publié le 20 juin 2013 à 15 h 34
Auteur :
Annie Levasseur

Un homme de 68 ans de Charlo est décédé, mardi, à l’est de Balmoral lorsqu’il a perdu la maîtrise de son véhicule tout-terrain. Le Club VTT Chaleur se pose des questions à propos de la sécurité dans les sentiers non gérés par les clubs.

 

Roger Levesque faisait une promenade en VTT lorsqu’il a perdu la vie. L’accident est survenu dans un secteur boisé situé à 37 kilomètres à l’est de Balmoral. L’endroit n’est pas accessible en voiture.

 

«Il faisait partie d’un groupe de trois personnes qui voyageaient sur leur véhicule tout-terrain. Monsieur Levesque se trouvait à environ un demi-kilomètre devant le groupe. Quand les autres l’on rejoint, ils ont vu que monsieur Levesque était inconscient dans le fossé», explique le Sergent Alain Tremblay de la GRC de Belledune.

 

Les amis de la victime ont tenté des manœuvres de réanimation, mais il était déjà trop tard. Le décès a été constaté sur les lieux de l’accident. «Il semble que le conducteur a perdu la maîtrise de son véhicule et on pense que le véhicule aurait roulé sur son conducteur. Le sentier n’était pas plus accidenté qu’ailleurs», poursuit M. Tremblay.

 

La perte de contrôle pourrait avoir été causée par plusieurs facteurs, selon le porte-parole du Club VTT Chaleur, Jacques Ouellet : «Parfois, c’est une pluie qui va déplacer une roche ou un morceau de bois qui n’était pas là le soir d’avant. Dans ce cas-ci, plusieurs questions se posent. Portait-il un casque de sécurité? Est-ce qu’il roulait à une vitesse excessive? Peut-être qu’il a eu un malaise avant l’incident.»

 

Le Club VTT Chaleur gère 360 kilomètres de sentiers, mais les amateurs ont accès à 7500 kilomètres. «Tous ceux qui vont sur nos sentiers, les sentiers que l’on appelle fédéré ou gérés par un club local, ont une assurance responsabilité qui vient avec l’utilisation», déclare M. Ouellet.

 

Le porte-parole pense qu’il faudrait que les clubs gèrent une plus grande partie du territoire pour améliorer la sécurité : «Si on sait qu’il y a eu un lavage ou qu’on sait qu’il y a eu un sentier endommagé, il faut aller réparer dans les jours qui suivent le signalement. On s’assure que tout est bien fait.  Vous avez la signalisation qui s’ajoute et s’il y a des obstacles sur le sentier ils sont signalés.»

 

Les sentiers qui n’appartiennent pas à des clubs sont gérés par le ministère des Ressources naturelles.

 

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok