Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Le parc Forillon est le théatre de: La plus grosse colonie de mouettes dans l'est du Canada

Publié le 11 juillet 2014 à 15 h 12
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Les biologistes du parc Forillon ont observé lors de leur dernier décompte que la colonie de mouettes tridactyles au Cap Bon ami était en parfaite santé. En fait, elle est maintenant la plus grosse colonie pour cet oiseau dans l’est du Canada avec ses 12 700 nids, alors que les autres colonies, elles, voient un déclin de leurs individus.


Les raisons de la grande présence de cet oiseau sont encore incertaines comme l’expliquait, Daniel Sigouin, écologiste au parc national Forillon : « On ne sait pas si ce sont des individus des autres colonies qui viennent peupler la nôtre. On ne sait pas si c’est parce que les ressources alimentaires sont plus abondantes ici, mais il y a assurément quelque chose qui se passe et qui fait en sorte que notre colonie est en bonne condition présentement, tandis que les autres sont en diminution. »

 

Mais une chose est certaine, pour Daniel Sigouin, l’endroit est idéal pour favoriser la pondaison des œufs pour les mouettes : « Un des avantages qui aide probablement, c’est la qualité de l’habitat de nidification, parce que nous avons des falaises abruptes avec beaucoup d’interstices, donc ça, c’est une des choses que les mouettes vont rechercher, parce que ça limite l’accès aux prédateurs terrestres. »

 

La mouette vient nicher sur terre seulement pour pondre ses œufs et élever ses petits avant de repartir pour passer tout l’hiver en mer. Il faut être prudent de ne pas la confondre avec le goéland selon notre écologiste.

 

« Contrairement au goéland qui, physiquement, est plus gros et aura souvent un comportement de charognard. Donc ce que nous voyons par exemple dans les cours de restaurants ou dans les milieux plus humanisés va la plupart du temps être du goéland. En fait, on ne voit jamais de mouettes dans ces secteurs-là. »

 

Tout n’est pas encore connu en ce qui concerne la mouette. Des recherches scientifiques devraient normalement nous en apprendre plus d’ici les prochaines années.

 

« Le service canadien de la faune étudie présentement les différentes hypothèses pour expliquer l’évolution des différentes colonies de mouettes dans l’est du pays » affirmait Daniel Sigouin.

 

Les jeunes mouettes nées au mois de juin devraient être assez fortes pour quitter en mer avec le reste de la colonie de mouettes tridactyles. Le départ devrait se faire durant le mois d’août.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok