Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Travaux à Percé La liste s’allonge

Publié le 30 mai 2013 à 16 h 36
Auteur :
Jessica Lamarre
Les travaux sur le quai de Percé se sont mis en branle mardi dernier et devraient se terminer d'ici le milieu de la semaine prochaine. Cependant, la Ville de Percé n'est pas au bout de ses peines, le quai et la promenade devront être reconstruits.

 

Rappelons que le quai avait été barricadé par son propriétaire, Pêches et Océans Canada, le 1er mai dernier, après qu’une inspection ait révélé une fissure dans la palplanche.

 

Des travaux d’urgence sont en cours, mais ça ne réglera pas la situation éternellement. «Une infrastructure semblable, sa durée de vie est de 30 ou 35 ans, dans ces eaux-là. On sait que le quai a été construit en 1984», explique le maire de Percé, Bruno Cloutier.

 

Il n’est pas question pour le moment de fermer ou de démolir le quai. Les discussions entre Percé et Pêches et Océans Canada se poursuivent quant à son avenir et une rencontre est prévue à la fin de l’été. Selon le maire tout se fait dans la bonne entente.

 

La promenade vient également s’ajouter à la liste des travaux. Dû à l’érosion du littoral et aux conditions climatiques, son état est critique. Il faudra procéder à un grand forfait de réfection des infrastructures touristiques de Percé.

 

Idéalement, pour M. Cloutier, le fédéral devrait assumer les coûts reliés au quai, étant le responsable de l’infrastructure, et une demande a déjà été faite au gouvernement provincial quant à la promenade. «On sait que Percé c’est un arrondissement naturel. Un arrondissement naturel, c’est une créature du gouvernement du Québec», déclare-t-il.

 

Le maire ne craint pas que les récentes nouvelles aient fait mauvaise publicité auprès des touristes. Lorsque CHAU lui a demandé s’il avait peur que les touristes croient que Percé était en ruine étant donné le quai et la promenade qui sont à refaire ainsi que le rocher qui perd de la roche, il a décliné. Selon lui, au contraire, les gens seront plutôt portés à venir voir ce qui se passe. «Et pour le rocher, ce n’est pas nouveau. Il perd environ 300 tonnes par année», conclut-il.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok