Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gaspé Hausse des inscriptions aux Cégep de la Gaspésie, les Iles, les raisons de cette augmentation

Publié le 15 mai 2013 à 14 h 23
Auteur :
Caroline Murray-Daignault
Le Cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine connaît une hausse d’inscriptions pour l’an prochain; 162 étudiants de plus.

Une campagne publicitaire à l’échelle nationale a eu lieu cette année. Les professeurs et les étudiants s’entendent, le Cégep de la Gaspésie est différent.

C’est la première fois en dix ans que le Cégep connaît une hausse aussi importante, répartie dans ses quatre campus. La publicité de la dernière année explique cet achalandage.

 

« Avec une bonne couverture à Montréal, VrakTV, dans le métro, sur le web, avec des incitatifs importants, ça donne des résultats, observe le directeur du Cégep de la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine, Roland Auger. On a des augmentations intéressantes et on espère que ça va se poursuivre. »

 

Le directeur du Cégep demande l’aide du gouvernement. Une campagne publicitaire comme la dernière ne peut pas être répétée chaque année, faute de budget.

 

« Je pense qu’on a démontré qu’on pouvait y arriver, qu’il fallait investir, affirme monsieur Auger. Maintenant, on a besoin de partenaires, entre autres, le gouvernement et le ministère de l’Éducation supérieure doivent nous donner un coup de pouce là-dedans », insiste le directeur du Cégep.


Proximité professeurs et étudiants bénéfiques


Marie-Pier termine son DEC dans quelques semaines. Elle a choisi d’étudier ici, en Gaspésie, d’où elle vient :

 

« Je n’avais pas envie d’aller ailleurs, j’aime beaucoup plus la région que la ville, donc rester le plus longtemps possible ici pour moi, c’était l’idéal, estime l’étudiante en sciences humaines. C’est un Cégep vraiment dynamique, il y a plein d’activités à faire et surtout ce que j’adore, c’est la proximité entre les étudiants et les professeurs. Ils sont là pour nous, on n’est vraiment pas des numéros. »

 

Ce sentiment de proximité est partagé tant par les étudiants que les professeurs.

 

Sarah Laurin est enseignante en soins infirmiers « C’est le Cégep où je suis venue faire mon cours et c’est un milieu que je connaissais. On dit que c’est un Cégep grandeur nature, mais c’est aussi un plus petit Cégep et ça permet une belle proximité avec les étudiants qu’on peut avoir. »

 

Le Cégep tente présentement d’obtenir du financement de la part du gouvernement du Québec. La première ministre ne s’est pas prononcée sur le sujet lors de passage dans la région la semaine dernière.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok