Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Baie-des-Chaleurs Gicleurs: une mesure bien accueillie, mais...

Publié le 18 février 2015 à 16 h 20
Auteur :
Jessica Lamarre

Québec annonçait mardi que d’ici 5 ans, les résidences pour personnes âgées devront toutes être équipées de gicleurs. En matière de sécurité, la mesure est très bien accueillie dans la région. L’aspect financier, en revanche, bouscule les prévisions budgétaires, si bien que les administrateurs des résidences réclament de l’aide.

 

Les propriétaires de la Résidence Bleu de mer à Carleton-sur-Mer savaient que le gouvernement ne tarderait pas à imposer l’installation de gicleurs dans les résidences pour aînés. Une mesure qu’ils accueillent favorablement, mais avec un bémol. «Côté financier c’est une autre chose. Mais côté sécurité oui, on est d’accord ! Je préfère avoir moins d’argent dans mon compte, mais personne de mort dans la bâtisse», déclare Gilles Gravel.


4-b790v.jpg

 

Gilles et Thérèse Gravel ont récemment investi dans un système de portes-coupe-feu. Le couple juge que leur résidence est déjà très sécuritaire. Les gicleurs ne seront qu’un complément, admet Thérèse Gravel : «Tout fonctionne bien puisqu’on n’est que sur un étage et il y a beaucoup de portes de sortie. Notre personnel est très préparé, chacun à son poste et on fait des exercices d'incendie. Il n’y a rien qui nous stresse dans ça.»

 

Un complément pour lequel la facture risque tout de même d’avoisiner les 100 000 $. Le gouvernement s’est engagé à offrir son aide, mais n’a toujours pas précisé sous quelle forme. «S’il n’y a pas d’aide du gouvernement, il va y avoir des hausses de loyer, c’est définitif. Il va y avoir quelqu’un quelque part qui va devoir payer», témoigne M. Gravel.


1-k6btq.jpg

 

Même discours pour le propriétaire du Manoir Lady Maria de Maria et du Manoir St-Charles de Caplan. Depuis qu’il est propriétaire de ces résidences, Francis Vadnais n’a jamais bénéficié d’une aide gouvernementale. Il attend, lui aussi, que les règles du jeu se précisent : «Ils n’ont rien dévoilé encore, selon nos sources, ce serait entre 20% et 50%. Sauf que le problème, les compagnies de gicleurs nous attendent avec les yeux bien ronds ! Ils voient la manne s’en venir. Quand même qu’on aurait un 20%, on va le repayer de l’autre côté.»

 

Ces dernières années, avec l’ajout de nouvelles normes, Francis Vadnais à vu ses coûts d’opérations augmenter de 25%. Il doit maintenant ajouter des frais entre 100 et 150 000$ pour mettre à niveau ses résidences, qui sont pourtant déjà équipées de gicleurs à environ 80% : «Je doute que les petites résidences vont être capables de passer à travers.»


3-40csy.jpg

 

Le Regroupement québécois des résidences pour aînés applaudis la décision du gouvernement d’imposer l’installation de gicleurs, mais croit que sans aide financière adéquate, la mesure entraînerait une vague de «décertification» de résidences, pour qui la pression financière est déjà importante. Ces deux dernières années, près de 200 résidences ont quitté la certification du ministère de la Santé et des Services sociaux au Québec.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok