Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gesgapegiag Gesgapegiag: démentèlement d'un réseau de trafic de drogue

Publié le 17 septembre 2014 à 14 h 12
Auteur :
Léa Beauchesne
Une importante opération policière a eu lieu aujourd’hui sur la réserve autochtone de Gesgapegiag, entre Maria et New Richmond. L'opération a permis de démanteler un réseau de distribution de drogue.

 descente_2-fjwd9.jpg


Aux petites heures du matin une quarantaine de policiers ont été dépêchés sur la réserve amérindienne, où sept personnes ont été appréhendées. On a procédé à cinq perquisitions et à une sixième dans la municipalité voisine, à Maria. Celles-ci ont permis la saisie d'une centaine de capsules de médicaments d'ordonnance, d'une quantité de marijuana et d'une substance poudreuse qui devra être analysée. La dernière perquisition a eu lieu à 13h30 cet après-midi.


 descente_3-h74xm.jpg


Selon le porte-parole de la Sûreté du Québec, Richard Gagné, l’opération s’est déroulée comme prévue : «On a démantelé un réseau de trafiquants qui écoulait principalement des méthamphétamines et des médicaments d’ordonnance. Ils opéraient principalement sur la réserve. Les policiers amérindiens, la GRC, la Sûreté du Québec et l’escouade régionale d’enquête ont fait ce travail.»

 

Les habitants de la réserve étaient surpris de voir tant de policiers dans leur petite communauté de 500 habitants. Beaucoup de curieux circulaient en voiture pour découvrir ce qui se passait.

 descente-mnjdt.jpg


On devait procéder à l’arrestation de 10 membres du réseau, mais trois d’entre eux demeurent introuvables. Les policiers ont par contre mis la main sur la tête dirigeante de l’organisation.

 

L’un des trafiquants arrêté a été libéré en attendant sa comparution et les six autres ont comparu cet après-midi au palais de justice de New Carlisle.


«Les chefs d’accusation, ça appartient au directeur des poursuites criminelles et pénales. C’est évident qu’il y aura des chefs d’accusation reliés au type d’activités criminelles qu’ils faisaient. Soit la vente de stupéfiants, alors on verra ce que lui décidera», explique le porte-parole.

 

On ignore toujours où s’approvisionnait le réseau. Soit les trafiquants se procuraient les drogues grâce à de fausses prescriptions, soient elles étaient fabriquées en laboratoire. Neuf mois de travail conjoint entre les différents corps policiers ont permis de mener cette opération.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok