Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Sur le point de voir le jour Géoparc de Percé : « Tout ce qu’il faut pour réussir »

Publié le 5 août 2014 à 14 h 52
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Le projet de Géoparc de Percé avance bien. La semaine dernière une spécialiste des Géoparcs au Canada est venue visiter les installations de Percé et est repartie émerveillée par le projet si bien que le site du Mont-Ste-Anne a d’excellentes chances d’être officiellement étiqueté comme Géoparc par l’UNESCO.

 

Pour recevoir cette reconnaissance, il faut détenir  une diversité de formation rocheuse dans un secteur précis. Le passage d’une experte en Géoparc la semaine dernière a permis aux membres du comité de Percé de peaufiner leur candidature afin de faciliter son acceptation comme l’explique Jean-Philippe Chartrand, consultant pour le Géoparc de Percé.

 

« Ce comité-là qui est essentiellement des scientifiques puisse cerner les grands enjeux dès le départ sans trop se noyer dans les détails, les petits chiffres et les détails comptable. »

 

Dans un document produit par le Comité national Canadien des Géoparcs suite au dépôt de la candidature de Percé on pouvait y lire les phrases suivantes : « Le projet de Géoparc de Percé a tout ce qu’il faut pour devenir un géoparc de niveau mondial en plus de donner à cette région de la Gaspésie, toute sa valeur significative tant sur le plan géologique que culturel ». Bien que ce ne soit pas confirmé à 100% les responsables du projet de Percé sont très confiant que d’ici 1 an, tout les détails seront bouclés.

 

« Percé a sa notoriété. De lui ajouté un statut international, une reconnaissance de Géoparc c’est certain que c’est un plus. Démontré la pertinence et le côté exceptionnel de Percé c’est relativement facile. » Ajoutait monsieur Chartrand.

 

Le site du futur géoparc regorge de trésors naturels. Le site contient des plantes qui proviennent de l’époque de la fonte des glaces et des indices du passage des glaciers dans la région. Les experts ont même retrouvé des arbres fossilisés qui dateraient de 330 millions d’années.  Les plus vieux du genre au Québec. Des attraits qui risquent de faire accroitre l’achalandage du site.

 

« Ça fait plus d’un siècle que les gens viennent voir ces paysages, viennent voir le contexte géologique sans nécessairement utiliser ces mots-là, mais ce qui a passionné les gens depuis si longtemps c’est l’environnement terrestre.»

 

Les représentants du Géoparc du Percé seront présents à la conférence annuelle internationale des Géoparcs qui se tiendra à St-John au Nouveau-Brunswick en septembre. Le projet de Géoparc de Percé sera le premier au Québec et le troisième au Canada.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok