Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Du nouveau à Port-Daniel-Gascon Feu vert de Québec pour la cimenterie

Publié le 2 juin 2014 à 16 h 50
Auteur :
Léa Beauchesne

Après s’être montré réticent dans le projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascon, le ministre de l’économie, Jacques Daoust, a annoncé ce matin que son parti versera l’aide financière promise. Christian Gagnon, président de Ciment McInnis, et Sylvain d’Amour, ministre responsable de la région étaient également présents.

 

L’aide financière demeure la même. 250 millions en prêt et 100 millions d’investissements en capital-action. Pour accéder à la cagnotte promise, Ciment McInnis a toutefois dû rassurer le gouvernement. Le promoteur derrière le projet, Beaudoin-Bombardier, augmentera sa mise de fonds.De plus, le gouvernement accordera maintenant un prêt au lieu d’une garantie de prêt.

 

Selon le ministre Daoust, le précédent cadre financier était trop risqué et plaçait Québec dans une situation précaire, advenant un pépin.

 

Les citoyens de la municipalité attendaient cette annonce depuis longtemps. Certains se sont même présentés devant les bureaux de Ciment McInnis durant le discours du gouvernement, soucieux de connaître la décision des élus. Plusieurs d’entre eux aimeraient décrocher un emploi dans la construction de la future usine.

 

Le ministre responsable de la région, Jean d’Amour, affirme quant à lui que ce projet est la première marche de l’escalier qui permettra de relancer la Gaspésie. Il demeure secret sur la nature des autres projets qu’il réserve à la région, mais a toutefois assuré que l’un d’entre eux concernait l’industrie forestière.

 

L’arrivée de ce nouveau joueur dans l’industrie sème le mécontentement chez les autres producteurs de ciment. Pour rassurer ses adversaires, Christian Gagnon, président de Ciment McInnis, a promis au gouvernement qu’il ne fabriquerait pas de béton avec le ciment produit.

 

Les environnementalistes dénoncent également l’arrivée de l’usine. Ils craignent qu’elle an’ugmente de 2% la production de gaz à effets de serre du Québec.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok