Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

New Richmond Fabrication Delta est prête

Publié le 15 mai 2013 à 16 h 42
Auteur :
Jessica Lamarre

Fabrication Delta désire que les entreprises du secteur éolien dans la région unissent leurs forces pour réaliser les projets annoncés par la première ministre Pauline Marois vendredi dernier. C’est que l’entreprise gaspésienne, qui construit des tours d’éoliennes, craint de rester dans l’ombre des géants de l’industrie.

 

«On va terminer les commandes vers la fin 2013 début 2014, c’est la fin qu’on voit présentement», explique le directeur des ventes chez Fabrication Delta, Éli Arsenault. En effet, le carnet de commandes se fait de plus en plus mince. Les prévisions de l’entreprise pour 2014 sont assez floues, pour l’instant. L’annonce de l’attribution de 800 MW de la semaine dernière leur donne donc espoir.

 

«Ça va nous donner de l’ouvrage pour plusieurs années. C’est vraiment plaisant à entendre, on va pouvoir rester par ici», s’exclame l’inspecteur au soudage, Jean-François Côté. Même son de cloche pour le président, François Arsenault : «J’ai été très content de voir que c’était tout prêt d’un chiffre magique qui est mille, et y’a quelque chose à faire avec ça. Un vrai beau volume.»

 

Cependant, les dirigeants sentent le besoin de signaler leur présence sur le territoire, par crainte d’être oubliés au profit de compagnies de l’extérieure de la région. «On veut que les gens sachent qu’on existe, qu’on est bon, qu’on est présent, qu’on a une belle équipe. On est exactement ce que les gens veulent : 100% Gaspésienne, un contrôle Gaspésien, des capitaux Gaspésiens. On ne se sauve pas, on veut rester», déclare François Arsenault.

 

La solution idéale pour Fabrication Delta serait que les entreprises travaillent de concert, plutôt qu’en compétition, question de faire le bonheur de chaque parti. «On a intérêt, dans la vie de tous les jours, dans les affaires, dans la politique, de se parler, de se réunir et de ne pas tout tirer d’un côté», estime le président.

 

Pour eux, c’est une sorte de cri du coeur, comme l’explique Éli Arsenault : «Dans le fond ce qu’on veut, c’est qu’une part du gâteau vienne en Gaspésie, du côté sud, que tout le monde perdure dans l’éolien. C’est un beau secteur d’avenir.»

 

Malgré tout, l’entreprise demeure confiante quant à l’avenir, mais réfléchit tout de même à d’éventuelles diversifications, pour assurer du travail à ses 130 employés.

 

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok