Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

New Carlisle Espace René-Lévesque: en voie d'être réalisé, mais des plans bien différents

Publié le 6 août 2014 à 15 h 31
Auteur :
Léa Beauchesne
Ddès l’été 2016, les visiteurs pourront visiter l’Espace René Lévesque à New-Carlisle. Le lieu de pèlerinage sera toutefois bien différent de la première mouture du projet. Pour l’instant, le Comité organisateur met de côté la maison d’enfance de l’homme politique. Depuis plusieurs années, ce bâtiment patrimonial cause bien des maux de têtes aux organisateurs, qui tentent, en vainc, de l’inclure dans le projet.


René Lévesque aimait la mer et c’est sur un vaste terrain avec vue sur la Baie-des-Chaleurs que sera construit le lieu commémoratif en son honneur. Le président de la Fondation de la Maison René Lévesque explique que le cadre financier est prêt et qu’il ne reste qu’à remplir quelques cases : «On a des demandes de financement qui ont été faites d’un côté dans les programmes réguliers des différents ministères. De l’autre côté, on fait des démarches du côté de grands organismes et sociétés.»

 

Le budget total de cette phase du projet atteint 2 050 000 $. Le gouvernement provincial fournira 40% du budget via différentes subventions. L’organisation doit donc trouver plus d’un million de dollars du côté privé si elle veut boucler son budget et ainsi s’assurer la participation de Québec. Un objectif ambitieux, mais atteignable selon le président.

 

Un projet bien différent

 

La Fondation de la Fondation de la Maison René Lévesque a été baptisée ainsi à cause de son objectif premier : utiliser la maison d’enfance de l’ex-premier ministre pour en faire un musée et un mémorial en son honneur. Si le lieu est bien différent aujourd’hui, le concept demeure le même.

 

Si la maison est aujourd’hui exclue du projet, c’est que ni le ministère de la Culture, ni la Fondation n’ont pu s’entendre avec son propriétaire, Denis Cloutier.

 

Louis Bernard souligne qu’il est ouvert à la discussion, mais que pour le moment, c'est au neutre: « Je suis entré à la Fondation en 2010, soit un an et demi après sa création. Je n’ai jamais vu le propriétaire. Déjà, à ce moment, les relations étaient rompues entre la Fondation et Monsieur Cloutier.»

 

Ce dernier a préféré rester loin des caméras, mais nous l’avons rencontré alors qu’il entretenait le terrain de la maison. Il affirme avoir fait une offre tout à fait raisonnable aux autres partis. Une offre qui serait restée sans réponse.

 

Denis Cloutier a acquis la propriété en 1994 et durant des années, des discussions se sont succédées pour tenter de trouver un terrain d’entente. Il souligne qu’il veut rénover la maison, mais que les coûts sont beaucoup trop élevés. Même si le gouvernement pourrait payer jusqu’à 40% des frais associés au projet, les investissements nécessaires pour ouvrir le bâtiment au public seraient astronomiques, notamment en raison de l’état de la bâtisse. Son statut de monument patrimonial alourdi également la liste de normes à respecter.

 

Si les négociations reprennent, la maison pourrait être intégrée dans une deuxième phase du projet.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok