Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gaspé Eau potable à Gaspé: Un rapport mal utilisé

Publié le 12 juin 2014 à 15 h 49
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Le regroupement ensemble pour un avenir durable du grand Gaspé à dévoiler ses conclusions sur les risques reliés à la santé et à l’environnement advenant une exploration près du secteur Haldimand. Seulement, les résultats n’étaient pas le fruit de leur recherche, mais ceux d’une autre firme.

 

Il faut être très prudent avec le point de vue du regroupement ensemble pour un avenir durable parce qu’ils ont choisi de présenter le rapport de la firme Savaria à leur insu en conférence de presse aujourd’hui. Autre élément important, c’est que les données tirées du document de la firme Savaria ne sont entièrement les leurs. Le rapport présenté aujourd’hui est une relecture de textes qui traite de ce sujet sans être une analyse des sols et du terrain.

 

Les auteurs de la firme Savaria ont effectué leurs recommandations sans être venus à Gaspé dans le cadre de cette recherche. Le regroupement ensemble pour un avenir durable a évacué cet élément important de la démarche scientifique dans leur présentation.

 

Plus questionnables encore, ils ont interprété les conclusions de l’INRS en parlant de conséquences probables au lieu parler de conséquences minimes.

 

 « Il est possible de conclure que les résidents du secteur Sandy Beach- Haldimand sont soumis à un risque potentiel à la santé humaine reliée à l’exploitation et l’exploration pétrolière à la proximité de ce secteur. » Disait Lise Chartrand la porte-parole du Comité ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé,

 

Le regroupement craint que le gouvernement du Québec n’utilise uniquement l’avis de l’INRS pour construire son règlement qui protège l’eau potable des citoyens.

 

Les gens de Savaria n’étaient pas présents ce matin et n’ont pas voulu accorder d’entrevue cela dit, au téléphone, ils semblaient surpris que leur document ait circulé de la sorte. Les auteurs ne voulaient pas que le rapport soit diffusé à grande échelle. Leur rapport a été récupéré par le groupe environnemental,sans leur accord.

 

Nous nous souvenons que le document de l’INRS conclut que les risques sont minimes pour la santé des habitants, minime et non probable. Le rapport ne précise pas de quelles manières et à quel pourcentage il pourrait y avoir des conséquences pour la santé des citoyens advenant une exploration ou une exploitation pétrolière.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok