Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caraquet Départ du directeur de la Coopérative de Caraquet

Publié le 29 mai 2013 à 16 h 49
Auteur :
Annie Levasseur

Le directeur général de la Coopérative de Caraquet, René Chiasson, a quitté son poste lundi. Il dit vouloir réorienter sa carrière.


Le président de la Coop, Marcel Garvie, est convaincu que l’équipe intérimaire en place assurera une bonne gestion de l’entreprise.


Les clients de la Coopérative de Caraquet ont reçu une lettre mardi et mercredi. Elle annonce la démission du directeur général. On peut toutefois lire dans la lettre qu’il a choisi de relever d’autres défis professionnels. René Chiasson n’a pas retourné nos appels.

 

« Quand un directeur général ou une directrice générale quitte, ce n’est jamais une déception. Ça fait partie du processus. Les gens viennent, les gens évoluent et les gens s’en vont », a mentionné le président de la Coopérative de Caraquet, Marcel Garvie.

 

Une équipe intérimaire assurera la direction générale en attendant la nomination d’un nouveau directeur. Benoît Allain dirigera cette équipe qui sera aussi conseillée par un ancien directeur général.

 

« Monsieur Roger Cormier a été gérant ici pendant 34 ans. Monsieur Roger Cormier et la Coopérative de Caraquet sont devenus synonymes au fil des années. Monsieur Roger, on l’a sorti des boules à mites et on l’a remis en service. Il le fait avec plaisir parce qu’il croit en l’avenir de la coopérative », ajoute le président de la Coopérative de Caraquet.


Réactions de clients


Les clients que nous avons rencontrés mercredi se sont dits déçus de la décision de René Chiasson. Il travaillait pour la coopérative depuis 32 ans et a été à la direction générale durant six ans.

 

Nicole Doiron est cliente de la Coopérative de Caraquet : « C’était un bon monsieur, il faisait du bon travail. C’est la vie. »

« Je pense qu’il faut respecter le choix de René Chiasson. Chaque personne a le droit d’avoir une carrière et a le droit, au cours de cette carrière, de faire des choix comme de la réorienter si c’est nécessaire », affirme Gilles Lepage, un client de la Coop.

 

Après un début d’année difficile depuis l’arrivée du magasin Sobeys, la Coop commence à se relever. Les ventes à la quincaillerie vont bien. Les défis sont au marché d’alimentation.

 

« On a perdu, au creux de la vague, près de 30 % de nos ventes à l’épicerie. Aujourd’hui, on est revenu à un chiffre près du 18 à 20 %, indique Marcel Garvie. On sent que les clients sont allés voir ce qu’il y avait là-bas. Ils reviennent finalement à leur coopérative. »

 

Marcel Garvie ne sait pas où ira travailler son ancien directeur général. Il ne sait pas non plus si la récente controverse entourant le projet de quincaillerie a eu une influence sur sa décision.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok