Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Percé Début du tournage du film La maison du pêcheur à Percé

Publié le 10 septembre 2012 à 14 h 31
Auteur :
Caroline Murray-Daignault

C’est vendredi dernier qu’a débuté le tournage du long métrage d’Alain Chartrand, La maison du pêcheur à Percé. Le film qui relate les événements de l’été 1969 raconte le déclenchement de la crise d’octobre.

 

Peu de gens sont au courant que la crise d’octobre s’est mise en branle à Percé, il y a de cela un peu plus de 40 ans, alors que les jeunes étaient prêts à faire changer les choses. L’équipe d’Alain Chartrand tenait à faire revivre cette partie de l’histoire.

 

« Mais qu’est ce qui a provoqué ça? Moi je fais le chaînon manquant. La période avant, 69, quand ils sont venus ici et qu’ils ont eu des relations difficiles avec l’élite municipale de Percé », raconte le réalisateur Alain Chartrand.

 

Le film est d’autant plus d’actualité, puisque la révolte des jeunes adultes lors de l’été de 1969,  rappelle le printemps érable que le Québec vient de connaître.

 

« On peut faire des comparaisons avec ce qui s’est passé le printemps dernier à Montréal, donc toute cette jeunesse-là qui se mobilise et qui s’intéresse à la chose politique, cet été-là qu’on est en train de tourner, l’été 1969 à Percé, c’est une parcelle de toute cette affaire-là, c’est quelque chose d’important, puis la jeunesse qui se mobilise c’est toujours beau à voir et important de le relater, d’en parler », raconte l’interprète de Bernard Lortie, Mikhaïl Ahooja

 

 « Il faut dire que dans ces années-là il y avait 50% de la population qui avait 25 ans et moins, donc qui voulait changer. Maintenant on est des boomers, pis les boomers ont pas l’air à vouloir changer grand-chose », rappelle Alain Chartrand.

 

Pour la ville de Percé, c’est à bras ouverts qu’ils ont accueilli le projet. En plus des importantes retombées économiques, c’est d’une visibilité hors-pair dont la ville pourra profiter. 

 

Pour Vic Pelletier, président du groupe PVP, « c’est sûr qu’à court terme, il y a des retombées immédiates pour Percé, c’est un budget de 4,3 millions, dont une bonne partie va se dépenser ici. »

 

Selon Émilie Desbois de l’Office du tourisme du Rocher-Percé, «  la visibilité, ça va être assez extraordinaire. C’est les images de Percé, les images du Rocher, les images du village, donc oui quand le film va sortir ça va être un autre boom de retombées. »

 

Les artisans du film la maison du pêcheur seront à Percé pour un total de 25 jours de tournage.  Le film prendra l’affiche à l’automne 2013.


« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok