Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Péninsule acadienne Crise du verglas : encore des besoins dans les régions éloignées

Publié le 2 février 2017 à 18 h 42
Auteur :
Annie Levasseur

Les régions les plus touchées par les pannes sont les Îles acadiennes, Évangéline, Pont-Landry et Bas-Caraquet. C’est de là que le premier ministre a fait son point de presse quotidien, jeudi. Il a rencontré les bénévoles et les sinistrés pour les encourager et leur dire que l’électricité serait de retour bientôt. L’organisation des mesures d’urgence a mis sur pied des équipes de réchauffements, composées de pompiers locaux, pour réchauffer les résidences touchées.

« Les gens sont les bienvenus d’aller regarnir leurs réfrigérateurs une fois qu’ils ont le courant dans les banques alimentaires (…) Même s’ils ont le courant, s’ils n’ont pas de nourriture à la maison, les gens doivent se sentir libres de venir dans les centres de réchauffements », affirme le premier ministre, Brian Gallant.

Maintenant que l’électricité est revenue dans la majorité des foyers, le président-directeur général d’Énergie Nouveau-Brunswick affirme que le réseau d’électricité est solide dans la province. Il est trop tôt, selon lui, pour faire un bilan. Par contre, il indique que plus de poteaux auraient pu tomber. Au total, ce sont environ 400 poteaux qui n’ont pas résisté à la tempête.

« C’est incroyable que tant de poteaux soient restés debout avec la force et la pesanteur de la glace. On va faire des études, on va en discuter plus tard. Pour l’instant, on se concentre à rétablir le courant à tous les clients », explique Gaëtan Thomas.

Même si les gens sont de plus en plus nombreux à être retournés à la maison, ça ne s’arrête pas là. Au centre d’aide aux régions éloignées, situé à Caraquet, le responsable, Jimmy Lanteigne demande l’aide de la population pour des dons en argent et en nourriture. Les dommages causés par la tempête ont engendré des coûts et les sinistrés n’ont plus d’argent pour se nourrir. Un message positif a été véhiculé dernièrement avec le nombre de pannes qui diminue, mais la demande est encore grande.

« Le monde ne donne plus d’argent. Ils ne donnent plus d’argent, ils ne donnent plus de dons et il n’y a plus de nourriture qui entre. Il faut qu’on s’organise pour que ça change parce qu’on a besoin d’aide. On a vraiment besoin d’aide de l’extérieur tout de suite en nourriture. C’est ce qui urge le plus. Des génératrices on en a en masse et de l’essence on en a en masse », mentionne Jimmy Lanteigne.

Le district scolaire Nord-Est a annoncé aujourd’hui que les élèves de certaines écoles retourneront en classe lundi.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok