Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

La culture écope aussi dans le dernier budget Compression de 20% pour la production culturelle

Publié le 6 juin 2014 à 15 h 30
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Des coupes de 20% ont été annoncées par le gouvernement dans le dernier budget Leitao dans le domaine de la production culturelle. Des compressions qui font mal autant aux producteurs de spectacles qu’aux artistes.

  

Les artistes qui partaient en tournée pouvaient bénéficier de crédit d’impôt pour aider à payer le salaire de l’équipe technique qui les accompagnait. Les compressions de 20% en aide à la production culturelle feront mal aux diffuseurs et aux artistes de la région, selon le conseil de la culture de la Gaspésie. Les artistes craignent que les diffuseurs ne les abandonnent faute de fonds.

 

« C’est difficile de financer le culturel. Nous allons toujours chercher dans les mêmes partenaires et les fonds ne sont pas très élevés. » Affimait Stephane Morissette, Diffuseur

 

Dans l’ouvrage de 600 pages proposé par le gouvernement du Québec, on évoque l’idée d’un coup de main financier de l’ordre de 2 millions de dollars pour permettre aux artistes québécois d’améliorer la diffusion de leurs oeuvres sur internet. Pierre Michaud, président du conseil de la culture de la Gaspésie renchérit en disant :

 

« Il y a également un montant important d’une dizaine de millions de dollars pour assurer la visibilité du culturel à l’égard du numérique. »

 

Initiative saluée par les artistes

L’initiative web est saluée dans l’industrie, mais c’est la crainte des répercussions des compressions qui retient l’attention selon Monsieur Michaud.

 

« C’est notre identité, notre authenticité, notre dynamisme c’est notre prospérité qui passe à travers notre capacité à développer des milieux culturels forts. »

 

« La culture c’est un moteur économique pour nous. C’est comme ça que nous animons le milieu, que nous stimulons les touristes à rester dans le coin. La culture il faut le voir comme un moteur économique et non une dépense. » Continuait Stephane Morissette.

 

L’impact réel des compressions imposées par le gouvernement n’est pas encore connu. Il faudra attendre de voir si  le ministère de la Culture fait partie des 13 ministères qui seront amputés pour connaitre l’étendue dommage.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok