Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Port-Daniel-Gascons Cimenterie: le milieu réagit au projet de loi 37

Publié le 19 février 2015 à 16 h 58
Auteur :
Jessica Lamarre
C’est officiel. La cimenterie de Port-Daniel n’aura pas à se soumettre au processus du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement. Le gouvernement du Québec en a décidé ce matin en présentant le projet de loi 37.

capture_d__cran_2014-11-11___15.31.10-g9

 

Rappelons toutefois que le gouvernement n’a jamais eu l’intention de demander un BAPE pour la cimenterie. En août 2013, bien avant que le chantier ne soit enclenché et que Québec annonce son implication dans le projet, l’ex-première-ministre Pauline Marois confirmait déjà que le projet ne répondait pas aux critères d’un BAPE. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un projet qui est sur la table à dessin depuis de nombreuses années, bien avant que la Loi sur la qualité de l'environnement soit adoptée au milieu de 1995.

 

Plusieurs diront que le projet qu’on a aujourd’hui n’a rien à voir avec celui de l’époque. C’est l’argument des environnementalistes qui se battaient depuis des mois pour décocher un BAPE pour la cimenterie. Environnement Vert-Plus va même jusqu’à demander la démission du ministre de l’Environnement, explique son vice-président, Michel Goudreau : « Le projet de loi que l'on adopte aujourd'hui c'est la cerise sur le sundae, le ministre a fait une série de gaffes depuis le début. Le projet de loi vient clairement démontrer que nous avions raison, ça prend une loi spéciale pour empêcher la tenue d'un tel exercice! »

 

13_nov_ph_michel_goudreau_cimenterie_-xp


C’est le ministre de l’Économie, Jacques Daoust qui a présenté le projet de loi et non le ministre de l’Environnement. Jacques Daoust a précisé qu’il s’agissait d’une décision économique, une révélation qui risque de ne pas plaire aux groupes environnementaux. D’autres semblent toutefois partager cet avis, c’est le cas de Diane Lebouthilier, préfet dans Rocher-Percé : «C’est un dossier d’affaires, c’est une décision d’affaires qui est rentable pour l’ensemble du Québec, ça va créer de l’emploi, de la richesse, c’est structurant pour l’ensemble de la Gaspésie. J’espère qu’en ville, maintenant, le message est clair et compris.»


1-zwtb1-jnwp7.jpg

 

Rejoint tout juste après la présentation du projet de loi, le maire de Port-Daniel-Gascons explique que pour lui, pour sa communauté, cette nouvelle est très sécurisante : «Nous n'aurons pas besoin de passer à travers le processus du BAPE qui aurait pris huit mois, un an. Ça veut dire que le projet va continuer et se réaliser. Les opérations de la cimenterie vont pouvoir débuter en 2016 comme prévu. C'est excellent.»


6-s7n9d-5rdvq.jpg


Quant au député de Bonaventure, il appuie évidemment le projet de loi, mais il voit la chose d’un œil d’opposition officielle. Pour lui, il n’y a pas de grande révélation : «Ce n'est pas une démarche juridique, c'est une démarche politique pour s'accaparer de la paternité. Le projet est déjà protégé, il l'a toujours été. Ils ont entériné ce que nous avions déjà fait.»


p_sylvain_roy-yng3r-hsbwj.jpg

 

Avec ou sans BAPE, à pleine capacité de production, la cimenterie générerait près de 2 millions de tonnes de gaz à effet de serre par année et on parle d’une création de 400 emplois permanents à la mise en activités en 2016.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok