Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Tabusintac Bateaux incendiés à Tabunsintac, des pêcheurs solidaires

Publié le 9 mai 2013 à 18 h 11
Auteur :
Annie Levasseur

Cinq propriétaires de homardiers se retrouvent sans emploi à la suite de l’incendie de Tabusintac survenue, dimanche matin.


Ce qu’il y de beau dans cette mésaventure, c’est la solidarité des collègues. Les autres pêcheurs de la région se sont mobilisés pour offrir leur aide. Certaines embarcations valaient jusqu’à 200 000 $.


Le calme était revenu, jeudi matin, au quai de Tabusintac. Les cinq bateaux incendiés ont été sortis de l’eau. Pour les pêcheurs qui ont perdu leur bateau, la saison sera difficile. Deux d’entre eux n’étaient pas assurés. Une assurance peut coûter entre 2000 et 3000 $ annuellement.

 

« Je veux aller pêcher. Il faut que j’aille pêcher. Je n’ai pas le choix, il faut que ça continue. Après, il faut que j’aille me chercher un autre bateau », indique Édouard Junior Breau, propriétaire d’un bateau incendié.

 

Les pêcheurs doivent se trouver un autre bateau rapidement pour ne pas perdre trop de jours de travail.


Des pêcheurs prêtent leur bateau


Certains pêcheurs de Tabusintac ont prêté leur bateau. D’autres ont invité les homardiers à se joindre à leur équipage.

 

Ernest Robichaud est un pêcheur de homard de la région qui a offert sa collaboration à ses collègues qui vivent un dur coup : « J’ai prêté mon bateau à mon voisin pour qu’il aille à la pêche. Il est sorti pour pêcher ses coques dimanche après-midi. J’aurais fait ça pour n’importe qui d’autre. Quand je suis arrivé, il était debout au bord du quai et je lui ai dit de s’en venir (...) On est une famille ici. »

 

L’Union des pêcheurs des Maritimes a lancé une campagne de financement pour aider les 5 pêcheurs. Elle recueille des fonds et tente de trouver des bateaux pour dépanner.

 

Le mari de Geneviève Savoie a perdu son embarcation dimanche : « Ça brise, dit-elle. C’est dur pour les familles. Il faut que tu recommences et tu ne peux pas lâcher. Mon mari ne lâchera pas. Même si je lui dis que sa pêche est finie, il ne voudra pas. »

 

Pêches et Océans nous a indiqué par courriel que le nettoyage et l’inspection du quai étaient terminés. Il est encore trop tôt pour déterminer l’ampleur des dommages. La GRC poursuit son enquête pour identifier la cause de l’incendie. Les policiers rencontrent des témoins.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok