Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

L'église dans une phase terminale selon le diocèse Bas-Caraquet : Tension entre le diocèse et les paroissiens

Publié le 10 juin 2014 à 08 h 02
Auteur :
Marie-Christine Carrière

La sauvegarde de l’église de Bas-Caraquet est un sujet que l’on suit pour vous depuis le tout début. Lundi matin, l’évêque du Diocèse de Bathurst a fait une mise à jour des coûts et des options qui s’offrent aux paroissiens.

 

Monseigneur Daniel Jodoin est clair, il souhaite que les paroissiens de Bas-Caraquet aient une église. Par contre, pas à n’importe quel prix pour la communauté.

 

Monseigneur Daniel Jodoin, évêque Diocèse de Bathurst « Le patrimoine, on y tient, mais on ne peut pas tout garder. Il vaut mieux garder ce que l’on peut et laisser tomber le reste. »

 

Père David Ferguson, ancien curé Bas-Caraquet « Il y en a qui voudrait sauver la bâtisse seulement pour la bâtisse. Mais il faut faire face à la réalité, la bâtisse est en phase terminale. »

 

Le 1,6 millions de dollars évoqué par le comité de sauvegarde de l’église n’inclurait pas les frais d’ingénieurs, les imprévus, la taxe à payer sur la réparation et les réparations éventuelles et nécessaires d’ici 10 ans. Des travaux qui s’élèveraient finalement à près de 3 millions de dollars.

 

Monseigneur Daniel Jodoin, évêque Diocèse de Bathurst « Il y a une autre option ici. Ce serait celle d’une église de 400 places. On a déjà construit ce type d’église dans le diocèse en 2001. Ça avait coûté 598 000 $. »

 

Les hommes de foi veulent connaitre l’opinion des paroissiens de Bas-Caraquet. Ils feront parvenir un sondage par la poste accompagné d’une analyse des coûts des deux options. Les opinions risquent d’être tranchées. Lundi après-midi, l’évêque a rencontré le Club des 50 de Bas-Caraquet et la rencontre avait plutôt des airs de débats.

 

Monseigneur Daniel Jodoin, évêque Diocèse de Bathurst « Quand on commence des travaux, c’est toujours plus que ce que l’on pensait. »

Paroissien « On est capable de regarder des chiffres et les analyser. »

Monseigneur Daniel Jodoin, évêque Diocèse de Bathurst « Ce n’est pas les personnes à Montréal qui vont payer. Et ce n’est pas les autres paroisses parce qu’elles n’arrivent pas elles aussi. »

Membre du comité de sauvegarde « Vous laissez entendre que nous étions malhonnêtes parce que nous n’avions pas les vrais chiffres. »

 

C’est dans un climat de tension que s’est déroulé la rencontre dans le sous-sol de l’église de Bas-Caraquet. Quelques personnes ont même quitté avant la fin. Bien que l’on ressent que la population de Bas-Caraquet n’est pas prête à changer d’avis, les paroissiens ont jusqu’au 20 juin prochain pour faire connaître leur opinion au Diocèse de Bathurst.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok