Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

L'histoire de la régions en plusieurs documents Archives bien fournies au musée de la Gaspésie

Publié le 23 septembre 2014 à 15 h 01
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Une très grande partie du patrimoine gaspésien se retrouve dans des écrits qui sont entreposés dans les archives du musée de la Gaspésie. Les documents qui s’y trouvent sont aussi variés que des écrits de notaires, les traces du procès de Coffin ou les dettes de la population à la compagnie Robin.

 

Les archives du musée de la Gaspésie c’est 15 000 livres, 7000 objets et 2500 boites d’archives. La collection compte aussi dont 100 000 photographies. Des documents recueillis depuis les années 60 sous forme de dons.

 

 « Sois que ce sont des évènements qu’ils étaient liés eux même, ou c’était des choses qui ont été retrouvées à la maison, ou qui leur avaient été léguées. On a souvent des cas où les gens achètent des maisons anciennes et ils trouvent des documents à l’intérieur », soulignait  Jeannot Bourdage, archiviste au musée de la Gaspésie

 


Beaucoup de trésors


L’impressionnante collection renferme plusieurs petits secrets. Comme ce document de la compagnie Robin qui est un recueil des correspondances de Charles Robin lui-même. Il date de 1777. Jeannot Bourdage expliquait que ce livre découvert il y a trois ans se classe, selon les gens du Conseil national d’évaluation des archives, au rang de trésor national, au même titre que les ouvrages de Radisson et les écrits de la Compagnie de la Baie d'Hudson.

 

« C’est vraiment un peu je dirais notre pièce maitresse, c’est de loin le document le plus précieux que le centre d’archives du musée procède à plusieurs points de vue »

 

Dans la collection, les archivistes du musée croient détenir la photographie extérieure la plus vieille de la Gaspésie. Il s’agit bien sur du rocher percé. Les experts estiment par la méthode de photographie que la photo a été prise entre 1860 à 1890.

 

« On a peut-être quelques portraits plus anciens que celui-là, mais c’est notre plus vieille photographie qui représente le territoire gaspésien »

 

À la base, l’ouverture du centre d’archives visait à garder le patrimoine gaspésien ici pour éviter qu’il soit vendu à l’extérieur. Aujourd’hui, ces archives sont ouvertes au public et à ceux qui voudraient faire des recherches.

 

« On essaye de se faire un devoir de faire visiter le plus souvent possible, pour que les gens prennent conscience de tout ce qu’il y a ici. C’est beaucoup plus vaste que ce qu’il y a dans les expositions » , disait monsieur Bourdage.

 

Une bonne partie de l’histoire et de l’héritage des gens de la région se trouve désormais en lieu sûr aux archives du musée de la Gaspésie.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok